Témoignages autres Statuts

TÉMOIGNAGES DES INDÉPENDANTS ET DES RÉGIMES SPÉCIAUX APRÈS LEUR CHANGEMENT DE STATUT POUR QUE LES CHOSES CHANGENT

TOUS LES TÉMOIGNAGES SONT PUBLIÉS ANONYMEMENT

ILS SERONT REMIS AU POLE SANTÉ DU DÉFENSEUR DES DROITS

A ENVOYER A : pourmathias.appelatemoinvital@outlook.fr

LES INDÉPENDANTS

 

CHRISTIAN

Bonjour, je découvre votre association ce jour, je suis triste de constater ce qui s’est passé pour Mathias, je compatis et je comprends d’autant ce qui s’est passé que j’ai vécu également une rupture de droits en pleine situation de soins pour une ALD au mois de janvier 2015. Les assistantes sociales de la CPAM se trouvaient dans l’impuissance de régler le problème, ma femme et mes trois enfants étaient également concernés par cette rupture de droits, heureusement il n’y a pas eu de soucis de santé les concernant à ce moment là. II s’agissait d’un problème de statut professionnel, étant indépendant, je ne me trouvais pas dans la bonne caisse, je payais pourtant des charges à l’URSSAF. J’ai fini par écrire à l’Elysée, la situation s’est débloquée au mois de février mais nous ne sommes pas prêt d’oublier !

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

NICOLE

Bonjour,

Tout d’abord merci pour votre action, dont j’ai eu connaissance au tout début, je ne sais plus par quel hasard heureux.

Je réalise ce matin en lisant votre dernier mail que je peux apporter moi aussi mon témoignage.

Je vais essayer de résumer ma situation!

Professeur d’école pendant 25 ans, mais dénigrée car refusant d’entrer dans le rang (je ne comprends toujours pas quelle était l’importance pour les enfants de 3 ans de marcher en rang, par exemple, et je pourrai écrire un livre sur mon expérience douloureuse et bénéfique pour quelques élèves heureux de profiter par exemple du matériel de la méthode Montessori dans la classe…) j’ai décidé avec l’aide de quelques amis témoins de ma souffrance de quitter l’enseignement pour pratiquer la somatothérapie par le Sensitive Gestalt Massage®, voici maintenant plus de 2 ans.

C’est par hasard, ayant eu un rendez-vous chez mon médecin voici un mois environ, que je me suis rendu compte que sur ma carte vitale était inscrit « droits fermés depuis février 2015 ». Cette date ne correspondait à aucun évènement, j’ai aussitôt pris contact avec la MGEN et le RSI. Depuis je reçois des courriers des deux organismes, souvent contradictoires. Cette semaine j’ai reçu un courrier du RSI m’informant que je dépendait de ses services pour la sécurité sociale depuis mon inscription le 30 septembre 2013. J’ai téléphoné et suis arrivée à une personne des « Mutuelles du Soleil » qui gèrent les dossiers. Là on m’a demandé un RIB et une attestation de mon médecin traitant pour qu’il reste mon médecin référent, les dossiers ne pouvant être transférés.

Pour moi tous ces services restent dans l’opacité. Mais j’attends donc cette attestation pour continuer les démarches.

Lors de la consultation, le médecin m’a prescrit une prise de sang, m’a conseillé d’aller chez l’ophtalmo, et j’avais l’intention d’aller chez un dentiste. J’ai 56 ans et mes revenus, dans la troisième année d’existence de mon auto-entreprise, ne me permettent pas de faire des avances sur mes soins…

Encore une fois merci pour vos actions, continuez et si je peux apporter ma contribution, aussi modeste soit-elle, je le ferai. Il semblerait que je sois sur la voie de la remise en ordre de mes droits, je vous tiendrai au courant des avancées.

Bonne journée et à bientôt

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

FLORENCE

Bonjour,
Tous cela est scandaleux, révoltant et se passe dans l’indifférence générale des médias.
Je ne savais pas qu’en France, de nos jours de telle situation digne du moyen-âge pouvait exister, jusqu’à récemment lorsque j’ai voulu aller chercher mes hypertenseurs à la pharmacie. Ma carte vitale ne fonctionnait plus. La cause étant que je suis à la fois salariée et auto entrepreneur, le RSI avait transféré mon dossier. Depuis je ne suis plus auto entrepreneur, et cela fait 3 mois que j’ai remonté mon dossier à la CPAM. Depuis rien, j’ai eu beau téléphoner (on me raconte n’importe quoi), je suis allée au guichet où des gens sans empathie vous raconte n’importe
Heureusement, la pharmacie arrive à faire la manipulation directement sur le site ameli pour me donner mes médicaments.
Il y a quelques années lorsqu’on allait au bureau cpam, il traitait vos dossier en direct, maintenant ils ont mis des pantins comme employés. Quelle dégradation.
Tout cela me déprime.
Que peut-on faire pour faire éclater ce scandale au grand jour ?

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X. Témoignage recueilli par le CISS

J’étais professionnel libéral de 2005 à 2011. J’ai eu une ouverture de droits prolongée jusqu’à 2012. J’ai demandé entre temps la liquidation de ma retraite. Le RSI me précise alors que je peux bénéficier d’une ouverture de droits à vie en leur fournissant le titre de pension retraite. J’ai donc contacté ma caisse de retraite pour obtenir le document. J’ai toujours pour réponse que le document sera envoyé d’ici quelques jours mais ça fait 5 mois que j’attends. Comment faire?

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X. Témoignage recueilli par le CISS

Ils se sont trompés dans le calcul de mes revenus au moment où j’ai demandé le renouvellement de la CMU et CMUC. Pour moi et mes deux enfants. Ils disent que je gagne 20 000 euros par mois alors que je gagne seulement 12 000 euros pour une année. Et je suis en-dessous du plafond de la CMU. Non seulement ils ont refusé le renouvellement mais l’Urssaf me réclame des cotisations pour la couverture de base. Je n’arrive pas à avoir des interlocuteurs.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X. Témoignage recueilli par le CISS

Je vis en Espagne, je suis retraité du RSI et je suis Français. Je souhaite bénéficier de la carte européenne d’assurance maladie mais ni la caisse française, ni la caisse espagnole n’acceptent de me la donner. Est-ce normal ?

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

DOMINIQUE  (Nancy)

Bonjour,

J’ai lu avec attention votre douloureux témoignage.

Je suis depuis le 1 janvier 2012 dans le même cas. Également diabétique sous insuline et j’ai 59 ans et 6 mois. A cet âge il ne m’est pas facile de travailler et cette situation vient du simple fait que j’ai pris un emploi de 3 années à l’étranger car j’étais considéré comme trop vieux en France… A mon retour impossible de retrouver une situation normale même en créant une petite activité ! Le RSI de Nancy bloque tout dossier depuis 2012.

Je paie mes soins et mes médicaments avec l’aide de mes amis… Combien de temps ? Depuis 15 jours j’ai entamé une procédure judiciaire.

Courage à vous tous dans le même cas. Cela finira bien par une procédure collective très lourde.

Nouveau message de Dominique :

De mon côté une plainte en référé est déposée + une plainte au T. A. S. qui doit mettre 5 mois avant d’être pris en compte. ( Il ne faut pas être malade ! )

Bon courage avec mes amicales salutations.

Nouveau message de Dominique :

Bonjour Véronique,

Une petite information surprenante.

Hier j’ai repris contact avec mon avocate chargée de défendre mes droits dans ce dossier.

En effet j’ai déposé une plainte courant juin et depuis il ne s’est pas passé grand-chose en dehors d’une facture de 1200 €. ( Payée immédiatement )

Elle n’a pu seulement me dire qu’il fallait attendre 5 mois pour avoir une convocation.

Je l’ai alors informé que les 23 et 24 Septembre, j’avais pris rendez vous avec les médias à Paris pour informer l’opinion de ce qui se passe en réalité en France. Elle a eu une peur quasi panique de mon intervention et n’a pas cessé de m’en dissuader ! Il valait mieux attendre que j’ai un rendez vous (?) Cela allait certainement nuire à mon dossier…

Cela allait contrecarrer son travail…Cela ne m’apporterait rien ! Etc…

Je suis très surpris de voir nos propres défenseurs craindre ainsi les Médias et défendre en réalité l’action sociale du ministère de la santé et de la Justice .

Avez-vous mené de votre côté une tentative de prise de contact avec différent Médias et si oui à quelle date s’il vous plaît ?

Toutes mes meilleures salutations.

Et bien sur courage. La vérité éclatera toujours j’en fait un combat journalier et pas seulement pour moi.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

SAMUEL (PHARMACIEN, voir témoignage précédent dans l’onglet Témoignages Étudiants)

Bonjour Mme Picard,

je pense à vous aujourd’hui, car j’ai un nouveau témoignage pour vous!

Le mien personnel: En effet, depuis le 1er mai je suis propriétaire d’une pharmacie! Je suis donc passé du statut d’employé au statut d’employeur! Donc de la CPAM au RSI (le régime de sécurité sociale des travailleurs indépendants!)

Fin juin j’ai reçu mon appel de cotisation pour ma sécurité sociale, que  j’ai payé, et qui a déjà été débité! Aujourd’hui, 5 aout 2014, je me dis que, avant d’en avoir besoin, je vais quand même demander une attestation d’affiliation à ce nouveau régime, et, si besoin est, une nouvelle carte vitale!

Et bien, quelle grosse surprise…  ils ne me retrouvent pas au RSI! Pourquoi? parce que la chambre des commerces de mon département de travail n’a pas communiqué ma reprise au RSI! Et pourquoi donc? parce que les URSSAF de mon département n’ont pas communiqué mon dossier à la chambre du commerce…

Alors forcement, ma situation est loin d’être critique, car je n’ai pas de problème de santé… mais je me dis que si j’avais été atteint d’une pathologie lourde, que je n’étais pas professionnel de santé (mais un autre travailleur indépendant) et bien, que ce serait il passé au bout de la fin de mes droits de CPAM???

Voila, tout ça pour vous dire que le problème que votre fils a rencontré ne touche pas que les étudiants! Le système est bien trop compliqué pour que cela fonctionne bien.

Au téléphone, même la conseillère du RSI comprenant mon problème m’a souhaité « bon courage »… ça m’a scotché!!!! J’espère que votre « quête » avance! j’espère que vous pourrez faire avancer les choses! Moi aussi je vous souhaite beaucoup de courage

Bien cordialement

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

HERVE (EUROPE1)

Madame bonjour,

J’ai entendu ce matin votre interview sur EUROPE 1 et vous fais savoir que je me trouve dans la même situation.

Ayant arrêté mon activité libérale en mars 2012, je n’ai retrouvé une activité de salarié que le premier janvier 2014. J’ai donc signalé mon changement de situation sur amelie.fr qui ne me trouvait pas. Après de nombreuses démarches téléphoniques et courrier recommandée avec AR, je n’ai toujours pas ma carte vitale depuis 7 mois et dois renoncer à un suivi médical qui s’impose compte tenu de mon âge (57 ans) et de ma pathologie (traitement cholestérol depuis 12 années).

Je vous souhaite tout le courage possible pour ce combat difficile.

Bien cordialement

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

NICOLE

Bonjour,

Une amie vient de me faire passer cette pétition, je viens juste de la signer.

Je viens de changer de statut, à 54 ans… Après moult péripéties dans mon travail, j’ai senti le burn out arriver. Mon médecin m’a permis de m’arrêter, je me suis retrouvée en longue maladie. Puis j’ai décidé de reprendre ma vie en main et de me déclarer en auto-entreprise pour réaliser un rêve que j’avais mis de côté pendant des années. J’ai tout de suite senti revenir mon énergie et je commence à avoir de bons contacts pour démarrer mon activité.

Mais du côté de la Sécurité Sociale, on me demande des justificatifs de revenus, et cette semaine un justificatif de domicile… Je suis suspecte! Je sens bien le problème dont vous témoignez: je ne rentre pas dans les cases depuis que j’ai décidé de m’en sortir! Je sais que d’autres auraient accepté de rester en longue maladie jusqu’à une retraite, que je pourrai toucher fin 2015! Mais mon raisonnement c’est aussi que je vais continuer de travailler au-delà de l’âge auquel je devais m’arrêter dans la profession que j’ai exercée durant 25 années…

En tous cas votre témoignage pour ce garçon et votre action me touchent, je suis de tout cœur avec vous et j’espère que vous aurez la satisfaction de faire avancer les choses, d’aider les jeunes qui en ont besoin!

Merci pour votre courage et votre détermination.

Cordialement

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

JENNIFER

Bonjour,
Je vous apporte mon soutien dans cette épreuve douloureuse et tellement injuste à cause de dysfonctionnements scandaleux.

Il a fallu plus de 2 ans pour que je récupère mes droits à la sécurité sociale, ainsi que ceux de mes 2 enfants qui sont mes ayants-droit.
Entre un divorce, un déménagement et un changement de situation professionnelle, la sécu était perdue. J’ai expliqué dans les moindres détails, justificatifs à l’appui, afin de leur faciliter la tâche et accélérerez processus. En vain …
Ce qui leur a le plus posé pb, c’est le passage de travailleur indépendant à salariée. J’ai donc toujours eu un emploi.
En l’absence de droits effectifs et de cette vitale carte vitale, il m’a fallu avancer tous les frais médicaux et attendre le long délai de remboursement après l’envoi des feuilles maladie.
Heureusement nous n’avons pas de pb de santé majeure mais entre le dentiste, le kiné et la pharmacie, il y a des mois ou le budget a vite été amputé.

Je suis seule avec mes enfants. Un salaire très moyen de prof contractuelle et j’ai enchainé les découverts à la banque.
Ces dysfonctionnements sont inadmissibles. Et il faut les dénoncer pour éviter des situations aussi dramatiques que la vôtre.
Recevez mon amical soutien et que votre fils courageux repose en paix.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

U. (Posté après l’article du Figaro Étudiant)

Pas que les étudiants : le changement de mon statut de RSI à RSA devait !! D’après les informations, se faire automatiquement. C’est lors de ma visite chez le médecin et ma carte vitale bloquée que j’ai constaté que ce n’était pas le cas. Je dois donc m’occuper de faire un dossier pour signaler le changement de situation et la personne m’a dit que cela pouvait prendre 8 semaines !!! HELP. Le citoyen est vraiment aidé.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

PATRICK

Bonjour,

Je suis passé de statut de Gérant d’une SARL au statut de président salarié de ma SAS. (Juste moi-même)

Je ne peux actuellement bénéficier de ma carte vitale, radié du RSI suite à mon changement, pour passer à l’URSSAF.

Je ne suis plus pour l’instant référencé aux caisses maladies, je dois régler personnellement toutes mes opérations médicales,
pourtant l’URSSAF ne manque pas de m’envoyer les appels de cotisations …
L’accueil dans les services des caisses maladies est Vraiment Déplorable.

Bonne continuation et bon courage

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

B. (Posté après l’article du Parisien)

Bonjour,
ce que je lis me fais mal
Autoentrepreneur pendant 2 ans, soumise au RSI, j’ai dû batailler, moi aussi pas mal de temps (6 mois environ) avant de pouvoir « réintégrer » la CPAM – on m’a même demandé de faire un courrier en « jurant sut l’honneur que j’étais bien française » (un comble !) – et malheureusement, c’est à ce moment-là que j’ai eu le plus besoin de soins que je me suis obligée à déplacer
J’ai attendu aussi pour pouvoir toucher ma retraite
Pour moi, ça n’a pas eu les circonstances dramatiques comme celles de ce jeune, et même si au bout du compte tout est rentré dans l’ordre, il a fallu que je « gère » pendant ces 6 longs mois.
Injuste ! Surtout quand on sait que certaines personnes n’ont rien à faire sinon s’adresser au bon endroit pour que tout soit rapidement réglé.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

SABINE

Bonjour,

Tout d’abord, toutes mes condoléances.

Je vous apporte mon témoignage non pas pour apparaitre sur le blog, mais si vous menez une action.

Je vis la même situation que votre fils et j’en vois la fin. En résumé, durant 4 ans, j’ai réclamé au RSI mes droits, puis le fameux courrier de radiation pour pouvoir réintégrer la sécu. Et la sécurité sociale refusait de me reprendre alors que je réglais mes cotisations via ma paie tous les mois, sans ce fameux papier de radiation du RSI.

Les évènements les plus burlesques se sont enchainés durant ces 4 années avec le RSI et le mur de la sécurité sociale, avec de multiples interlocuteurs les plus incompétents (quelle qu’en soit la raison). Durant 4 ans, je n’ai pas eu de droits.

Il y a 2 mois, j’ai enfin trouvé « une porte », par hasard,  via une employée du RSI de Bretagne. Tout s »est précipité : j’ai reçu le document de radiation, la sécurité sociale m’a reprise et j’attends le retour de mes droits.

Quant à mes multiples déplacements, mes nombreux appels et courriers aux uns et aux autres durant ces 4 ans, la commission en a conclu que je n’avais pas correctement cherché à les joindre et que je n’y avais pas mis les moyens (recours à un comptable APRÈS la fermeture de ma société) ! Et à purement et simplement conclut le dossier en me demandant les cotisations minimum sur 1 an et 3 mois pour se dédouaner et pas un mot d’excuses !

Atteinte d’un crohn et d’autres petites misères osseuses, je n’ai pas pu prendre mon traitement de fond. Physiquement, J’en ai vu de toutes les couleurs et j’attends mes droits pour remonter la pente et soigner tous les petits symptômes que je n’aurais jamais dû avoir avec le traitement.

Je ne peux imaginer la force de votre colère car sans que ma vie soit été mise en danger, mais simplement mise en parenthèses du fait de la maladie, j’ai déjà pensé me rendre dans leurs locaux à Paris avec une arme pour me faire entendre, faire une prise d’otage… Malheureusement, je suis trop bien éduquée et je n’ai pas assez de folie ! Cependant, je sais maintenant que  mur de l’irrationnel et de l’incohérence administrative est une véritable torture et douleur intérieure qu’il est aussi impossible d’extérioriser : tribunal, presse, associations et autres sont soit témoins silencieux, témoins impuissantes ou encore participants discrets à ce joyeux « bordel ».

Concrètement, si vous menez une action, je peux vous mettre à disposition les nombreux échanges et un historique, les identités et coordonnées des interlocuteurs, me porter témoin ou autre…

Pour ma part, suite à la réponse de la commission, j’envisage de déposer plainte au Tribunal de la SS, en sachant que ce ne sera qu’une étape car cette administration juridique est déjà connue pour sa mauvaise foi, et ce, en particulier dans le milieu juridique. Je me laisse encore un peu de temps pour savoir si je m’engage dans ce combat et surtout, pourquoi et pour quoi.

Cordialement,

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

BRUNO

je suis aussi sans Cmu ni couverture assurance suite à ma liquidation judiciaire cela fait 5 ans. J’ai le diabète mal aux dents etc. que dois-je faire sachant que je suis Sdf

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

DORIS

Chère Véronique,

Tout d’abord je souhaite vous exprimer mes sincères condoléances. Perdre un enfant est horrible. Mais cette souffrance ne peut être que  majorée avec les conditions et les causes de ce drame.

Mais je souhaite aussi vous remercier, car je suis dans une situation similaire, et votre témoignage me sort de l’isolement provoqué par mes propres soucis.

Je suis en effet maman de 3 enfants… mon congé parental s’est arrêté le 23 Juin. En début d’année, je suis allée à la CPAM de ma ville pour savoir si je pouvais malgré tout prétendre à des droits au niveau de cette CPAM. La personne employée m’a assuré que oui.

Je me suis inscrite à pôle emploi en Juin, puis me suis rendue, confiante, à la CPAM faire prolonger mes droits…. et cela me fut refusé! Le motif invoqué: je suis mariée…. mon mari est au RSI, et la route à suivre pour moi,- et mes enfants, est celui d’être enregistrée au RSI avec mon conjoint.

Je passe sur le nombre  de papiers que cet organisme demande, la lenteur de la sécu à les fournir… bref, au jour d’aujourd’hui, ni moi-même, ni mes 3 enfants de bas âge sommes assurées. Cela risque de prendre du temps…. puisque le RSI demande au-moins 2 mois pour faire une affiliation, cela, après que le dossier soit complet.

Inutile de vous préciser l’état d’angoisse dans lequel je suis, les soins dont j’ai besoin et dont je ne peux bénéficier, car je ne peux les avancer. Ma peur pour mes trois enfants.  Mon médecin m’a dit que le droit à la santé était pour tous…  je dois être maudite.

Mon crime: être mariée, avoir fait confiance au personnel de la CPAM, et m’être occupée de mes enfants….

Je suis épuisée. Par moment, je pense au pire… pour moi-même.

Surtout ne vous culpabilisez pas. Puisse votre témoignage faire avancer cette société qui peut aussi compter ses victimes.

Au fait, notre dernière facture: 495 euros demandés par le RSI ! Un comble.

Bien à vous…

Nouveau message de Doris le 27 aout

Chère Véronique,

Un petit mot pour vous dire que je ne vous oublie pas.

J’espère que vous avancez dans votre combat… qui ne peut que rejoindre le cœur de toutes les mamans.

A votre manière, vous continuez à restez fidèle à votre fils, en essayant de lui rendre justice. Et… pourquoi pas, d’éviter d’autres décès. C’est tout le bien que je vous souhaite… afin de retrouver une certaine sérénité bien méritée.

De notre côté, cette institution de la CPAM s’est aussi transformée en instrument de torture, et j’espère que psychologiquement nous ne faillirons pas. Comme je vous l’ai écrit, en début d’année, la personne travaillant à la CPAM m’informe de la prolongation de mes droits. En juin, on me la refuse. … ce refus est confirmé par courrier. On se retrouve sans couverture sociale… . Quel cauchemar! Évidemment, ma fille de 3 ans se casse le coude: 2 interventions chirurgicales sont nécessaires.

L’affiliation au RSI ne se fait pas… vive le travail de nos chers employés de l’État!

Aujourd’hui: bing! J’apprends que je suis à nouveau affiliée à la sécu depuis aujourd’hui.

Nous attendons avec angoisse le montant des interventions et hospitalisations de notre enfant… que nous ne pourrons pas payer!

Et nous ne comprenons plus rien à ce système qui nous rend malade… même s’il semblerait que le dénouement soit plus heureux que prévu. Cela restera à confirmer…

Bon courage à vous, Tenez bon! La justice se fera certainement. Elle oblige…

Cordialement

Nouveau message de Doris du 05 octobre

Chère Véronique;

Merci beaucoup pour ce mail. Il signe  une  très belle victoire. J’avoue que vos nouvelles m’ont fait pleurer, ce qui m’arrive rarement. Mais… il n’y a rien de pire que de ne pouvoir faire soigner son enfant, faute de moyen.

En ce qui nous concerne, après 5 demandes d’affiliation, 4 mois d’attente, nous avons enfin reçu une affiliation temporaire de nos enfants sur mon mari  au RSI pour la période où j’ai été mise à la porte de la sécu. Actuellement, j’y suis à nouveau, – sans qu’on ne m’ait expliquée pourquoi, jusqu’en Mai. Avec mes enfants.

Je suis donc tranquille jusqu’en Avril 2015. En mai ma carte vitale sera peut-être à nouveau inactive… pour moi et mes enfants. Je ne supporterai plus d’attendre à nouveau 4 mois. Je risque donc de vous contacter . j’ai trouvé un travail… mais en temps que vacataire. D’après mon employeur, je bénéficierai de la Sécu. D’après mon mari, non. Histoire à suivre, lorsque j’aurai mon premier salaire en Janvier. Et encore!

Concernant le RSI, merci pour les liens que vous nous avez donnés. C’est un organisme briseur de vie en effet. Qui croirait qu’ aujourd’hui les chefs de petite ou moyenne entreprise ne peuvent se soigner correctement, car… affiliés au RSI, ils doivent souvent avancer les frais?! Mon mari refuse de voir des médecins à cause de cela. Pourtant, il en a besoin. Ce n’est pas tout : si les charges trop élevés demandés  indument par le RSI étaient révisés, – ce qui relève d’un simple bon sens, cela serait une aide inestimable à l’embauche. Car du travail, il y en a. Plusieurs dizaines de chefs d’entreprise arrivent aux urgences dans des hôpitaux de taille moyenne pour des infarctus par semaine. Ces hommes sont souvent à 60h de travail par semaine, si ce n’est davantage. Le chomâge serait réduit d’un tiers. IL ne s’agit pas de créer de l’emploi, mais de le rendre possible.

Bon courage pour la suite de votre combat. Je garde votre fils dans mes pensées.

A bientôt

Nouveau message de Doris le 16 02 2015

Bonjour Madame Picard;

Merci de poursuivre votre combat. Et bravo pour vos nombreuses réussites!  De mon côté, je galère encore. Normalement, après un congé parental, les droits sécu sont prolongés d’un an. Ils m’ont été enlevé sans explication, – à moi et mes 3 enfants, pour m’être redonné deux mois plus tard sans explication non plus. L’ennui est que ma fille de 3 ans s’est cassée le coude pendant cette période durant laquelle je suis une ‘non-droit’ sans raison. Les relances de factures pleuvent: elle a du être opérée 3 fois….

Que puis-je faire légalement pour que mes droits soient respectés?! Car là, il ne me reste plus qu’à mettre les clés sous le paillasson…et  à devenir cinglée. Tout ça parce que j’ai décidé de m’occuper de mes enfants.

Si vous avez un conseil… Merci beaucoup

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

ALEXANDRE

Bonjour,

Je m’appelle Alexandre, j’habite Montpellier, et je vais avoir 28 ans le 12 juillet.

J’étais travailleur indépendant (Auto entrepreneur) et dépendait donc du RSI, jusqu’en mars 2012, date à laquelle j’ai été radié automatiquement (faute de revenu).
N’ayant jamais reçu de papier du RSI m’annonçant ma radiation, j’ai continué ma vie tranquillement. Jusqu’à ce qu’un samedi d’avril 2013, voulant récupérer mon traitement mensuel pour l’asthme, ma carte vitale se voit refusée à la pharmacie (alors que je paie une complémentaire santé).

La pharmacienne m’a laissé prendre mes médicaments et a noté mon numéro de téléphone, pour me tenir au courant lorsqu’elle aurait eu la Sécurité sociale le lundi.
Le lundi elle me rappelle, m’apprend que je n’ai plus de couverture sociale, et me demande de payer les 92€ de médicaments.

Je me suis rendu le lendemain à la CPAM pour ouvrir des droits, mais ils m’ont demandé mon papier de radiation du RSI.
J’ai été au RSI le demander, mais ils ne peuvent pas le délivrer instantanément, ils doivent me l’envoyer par la poste.
Depuis 1 an, je retourne régulièrement demander ce papier, en vain.

En attendant, je ne peux donc pas rouvrir de droits à la sécurité sociale, je ne peux pas consulter de médecin, je ne peux pas me faire prescrire de médicaments.
J’ai donc été 2 fois à l’hôpital cette année à cause de graves crises d’asthme.

Je vous souhaite bonne chance dans vos appels à témoin et vous transmet toutes mes pensées pour Mathias.
Si je peux vous aides d’une aide, n’hésitez pas à me le faire savoir.

Cordialement

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

DANIELLE (Posté après l’article du Parisien)

J’ai eu un soucis un peu différent avec le changement de régime Passer du RSI (régime profession libérale) à la CPAM tient du parcours du combattant J’ai attendu 6 mois pour que ça se fasse, avec tous les ennuis que ça comporte : remboursement des frais maladie, radio et autres examens… et perception de ma retraite : on m’a même demandé pour accélérer le processus, que je fasse un courrier « sur l’honneur » comme quoi j’étais bien Française : où va-t-on ? Lenteur administrative ou personnel non adapté ? Il n’en reste pas moins que c’est nous qui trinquons.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

MARIE CLAIRE (posté après l’article du Nouvel Obs.fr)

Madame,

Je viens de lire votre témoignage sur le décès de votre fils diabétique et j’en ai pleuré. Qu’une vie si jeune soit perdue à cause de cet administration française si compliquée, c’est triste, décourageant, démoralisant, écœurant, à la limite du supportable.

Vous demandez des témoignages et je décide de vous écrire. Pourtant, je réalise parfaitement que mon cas n’est pas comparable au vôtre, il n’y a pas risque mortel pour l’instant. Mais c’est vrai que je ne sais plus à qui m’adresser aussi. Alors excusez-moi si vous pensez que ce mail n’aurait pas lieu d’être.

Je vais essayer de résumer rapidement ma situation.

Je suis française et j’ai émigré en 1982 aux Pays-Bas où j’ai fondé une famille. En 2008, on nous a proposé, à mon mari et à moi de venir travailler en France pour gérer un village de bungalows de vacances. Pour cela nous avons dû créer une société, une SARL. Trois ans et demi plus tard, la société pour laquelle nous travaillions était vendue et nous nous retrouvions sans travail. Le RSI a prolongé nos droits d’un an. Depuis fin janvier 2014 je n’ai plus de droit chez eux. J’ai demandé à être ayant-droit de mon mari qui lui restait assuré plus longtemps (?). Dossiers et courriers, acceptation. Puis ma carte vitale n’est plus acceptée à la pharmacie. Depuis, je téléphone sans cesse au RSI, chaque fois je tombe sur une téléphoniste différente. Elles sont très gentilles mais visiblement pas au courant du fonctionnement du RSI. Chacune me donne un conseil que je suis. Je fais parfois remarquer que la semaine précédente le conseil était totalement différent, voire contradictoire. On m’assure chaque fois que cette fois c’est bon. Finalement j’ai commencé une demande de prise en charge à la CPAM (quand le RSI m’a indiqué que je devais le faire, il y a à peine un mois).

En attendant, mes frais médicaux ne sont plus remboursés depuis février 2014. Le montant avancé est d’environ 400 euro. J’ai laissé en attente certaines analyses sanguines à faire et ma dent cassée attend que ma situation se régularise pour aller voir le dentiste. J’ai dû me faire opérer de la cataracte et le RSI m’a envoyé en urgence une attestation cmu pour que l’hôpital m’accepte. Ça s’est bien passé, mais quand je suis passé à la pharmacie la semaine suivante, le RSI a donné un refus de paiement à la pharmacie, mon attestation cmu étant au nom de mon mari (?), pourtant mon nom y figure aussi. J’ai peur de recevoir les factures de l’hôpital et de l’opthalmo…

Le RSI m’a indiqué par téléphone que quand je serai acceptée à la CPAM, mes feuilles de soins me seraient remboursées par rétroactivement par la CPAM. La CPAM par contre a indiqué à ma Mutuelle (une personne qui a tenté de m’aider mais n’a pas pu joindre le RSI) qu’il n’y aurait pas de paiement rétroactif. On m’a conseillé de me déplacer pour aller voir un conseiller RSI et avoir une personne de contact. C’est là que j’en suis aujourd’hui. On m’a indiqué vendredi que des permanences RSI se tenaient à Parthenay (25 km de chez moi). Je viens de téléphoner et j’apprends qu’il n’y a pas de permanence en juillet et aout. Qu’il faut que je me déplace à Niort (50 km). Mais je dois rappeler pour avoir la personne qui prend les rendez-vous, celle-ci étant en réunion.

J’ai 57 ans, mon mari en a 62, nous sommes sans emploi et recevons le RSA.

La semaine dernière, sa carte vitale a été refusée à la pharmacie. Après appel au RSI, elle leur a été renvoyée. Nous sommes donc tous les deux sans carte vitale maintenant. Je suis à bout de nerf et ne sais plus à qui m’adresser. (Mon mari est néerlandais et parle peu le français, donc ce parcours administratif lui est impossible, il repose entièrement sur moi).

Pardonnez-moi de vider mon sac. La vie doit être terrible quand on perd un enfant et je me sens plutôt mal de vous écrire tout ça, à vous qui êtes en deuil.

Ceci est simplement mon témoignage.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

SERGE (Le Club Mediapart)

Bonjour,

Après avoir lu votre article sur Médiapart, je vous confirme avoir eu les pires difficultés à régulariser ma situation auprès de la sécurité sociale. J’ai été affilié successivement et dans le désordre à la MSA, au RSI et au régime général (sans parler des complémentaires obligatoires quand on est chef d’entreprise !!!). Il m’a fallu du temps et des trésors de patience pour être à nouveau affilié au régime général à tel point que comme ma situation professionnelle va à nouveau évoluer je me demande comment faire pour rester au régime général et ne surtout rien changer, plutôt que de m’affilier à une nouvelle caisse !!!! Un comble !!!!!

Je me suis ainsi aperçu que comme, soi-disant, les caisses ne peuvent diffuser à des tiers des informations concernant un assuré, ceux-ci doivent eux-mêmes obtenir de la caisse qu’ils quittent une attestation qui est à fournir à la caisse dans laquelle ils arrivent !!! On imagine bien la situation des Français (quand ils reviennent) qui quittent la France sans avoir le statut d’expatrié, ce qui est de plus en plus courant !

Il faut supprimer toutes les caisses de sécu et créer une caisse unique qui existe déjà : les URSSAF. Ils devraient quand même être capable de gérer différentes professions sur un seul fichier puisque le RSI le fait (enfin comme ils peuvent……)

Par ailleurs, je serais favorable à ce que tout le monde paye directement ses cotisations sociales à l’administration, comme l’impôt sur le revenu, chacun serait plus attentif à ses droits et devoirs. Il faudrait par ailleurs que nous ayons tous un référent à l’administration sociale afin de pouvoir régler les différends de manière rapide et efficace

Bien cordialement

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

JESSICA

Bonjour,

Je suis vraiment désolé pour vous et je vous présente toutes mes condoléances… Repose en paix Mathias.
Pour moi, il y a un réel dysfonctionnement administratif ou peut-être l’incompétence de certaines personnes qui ne comprennent pas les responsabilités qui peuvent avoir sur le dos! En quelques sortes et l’histoire de votre fils est un grand exemple, l’administration a notre vie entre les mains !

Pour ma part, ayant était auto-entrepreneur dans le passé, j’étais affilié au rsi (ram). Devenant salarié il y’a deux ans je leurs ai demandé maintes et maintes fois de me ré-affilié à la cpam vue que je n’avais plus rien avoir avec le rsi. On m’a répondu que j’avais des droits au rsi est donc que non ils ne pouvaient pas faire cela. Il s’y connaisse mieux que moi après tous !
Sauf qu’en deux ans je n’avais jamais eu de soucis donc rien a déclaré, mais j’ai dû m’arrêter un peu plus d’une semaine en juin 2014 et payant tous les mois sur ma fiche de salaire des « indemnités journalières » je me suis dit aucun soucis, surtout pour 1semaine 1/2 … et ben non refus d’indemnités… (en passant pendant mon arrêt de les ai appelé, ils m’ont confirmer qu’il n’y avait pas de soucis et je leurs ai même demandé une attestation de droit (pour me couvrir) que j’ai reçu le lendemain – droit jusqu’en janvier 2015). Bref je me bas depuis un mois pour 1 semaine et demi d’indemnité… mais quand j’y pense si il m’arrive quelques choses de graves (arrêt pendant 6 mois ou hospitalisation…….) je vais faire comment ??? Je vais être à la rue pour une erreur interne à leur service qui ne connait toujours pas mon adresse exact alors que je leur ai dit par téléphone, lettre et e-mail… (par chance c’est mon ancienne adresse chez mes parents donc je reçois toujours certaines lettres)…. bref un sérieux problème .. Certain vont vous dire une version d’autre une autre est nous, nous restons dans la brume….. On donne de l’argent à je ne sais qui au final est nous on est dans la m****.
En tout cas bon courage à vous et j’espère que votre combat sera entendu !
COURAGE !

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

BÉATRICE (Posté sur Doctissimo)

Mon dieu c’est l’horreur alors qu’on est en 2014, je ne sais quoi dire.
Mon mari a eu du mal, en passant de la RAM a la CPAM , mais pas aussi dure que cela , puisque son ordonnance (spondylarthrite) restait valable 6 mois. On a gardé le dossier, jusqu’à ce qu’on puisse se faire rembourser. Par contre son pronostic vital n’était pas engagé.

Pour Tom ça a traîné un peu, mais le pharmacien a gardé le dossier sous le coude, le temps que son dossier soit réactualisé.

je suis très triste pour ce jeune homme, je ne sais quoi dire de plus.

Pour les mairies, on ne dépend pas de la CPAM si on est fonctionnaire, mais en cdd si, donc le dossier aurait dû suivre. Je ne comprends pas. Je n’accepte pas.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

ERIC

Bonjour Madame,

Que puis-je ajouter d’autre à part ma tristesse de voir une vie s’envoler pour des questions administratives où le moindre défaut de parcours finit par être une dette monumentale.

Comme si cela devenait une punition de ne pas être comme les autres.

Je vous copie colle mon FB; un problème similaire qui m’est arrivé et qui par ma bonne santé m’a évité de connaitre les inquiétudes par lesquels vous êtes passées.

Cela du coup me ferait presque honte de témoigner.

C’est étrange que les personnes nées en France (et peu importe l’origine, je précise, sait-on jamais) soient parfois moins bien lotis que les personnes fuyant divers conflits. Il y a bien sur la sécurité de tous qui est en jeu; je veux bien le comprendre, face à des maladies qui pourraient nous être dangereuses. Mais pourquoi nous mettre à nous autant de bâtons dans les roues.

Je dis « nous » car j’ai eu la chance de ne rien avoir ces 10 dernières années. Mais le hasard, m’a fait apprendre que je n’étais plus à la Sécu ces 10 dernières années, alors que j’ai travaillé. Mais les caisses des indépendants et la Cnam n’ont jamais communiqué.

Et encore je l’ai appris parce que je faisais une demande de carte Européenne d’assurance maladie et désirait renouveler ma carte qui ne fonctionnait plus, même qui faisait planter tous les postes des médecins et pharmaciens. Sans qu’ils puissent me dire que je n’étais plus à la sécu. Rien à y comprendre

Bref; moi j’étais en bonne santé. Du coup 2 mois avant ma reprise d’étude j’ai reçu ma nouvelle carte Vitale et qu’à l’Université j’ai de nouveau basculé de système. Surprise dans 1 an….”

J’ajouterais que j’ai fait des pieds et des mains en harcelant les différentes caisses, que j’ai pu avoir une attestation temporaire et qu’effectivement il aura fallu attendre 3 mois pour que cela se règle.

Dans des accueils bondés, saturées de demandes diverses et dont les horaires ne correspondent pas vraiment au nombre de personnes…

Voilà mon histoire.

Je vous envoie plein de courage.

Bien à vous

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

CLAUDE (EUROPE1)

Bonjour,

Je  souhaitais vous témoigner mon support dans votre « combat », car on peut réellement appeler cela un combat.

En effet ce matin en vous écoutant sur Europe1, vous expliquiez que le manque de communication entre les caisses était très certainement la cause de la disparition de votre fils… comment peut-on en 2014, en arriver à ce qu’une administration rétrograde, à cause d’incompétences, se rende coupable de meurtre ?

Cette incompétence, j’ai pu la constater également : je suis moi-même diabétique et cardiaque, et aujourd’hui dans une situation « sans droits » ; ma carte vitale est annulée depuis le 1er Juin car j’ai créé mon entreprise libérale (en Mars 2013 !!!) et je ne dépends donc plus de la CPAM mais de le RAM PL IDF…or, le transfert de mon dossier n’a pas toujours été fait ….. Donc pas de 100% ni de droits….

En fait il y a une semaine j’ai reçu un courrier me demandant de signer une autorisation de transfert de mon dossier de la CPAM a la RAM ?! il a fallu en fait plus d’un an pour recevoir ce papier !

Je crois qu’effectivement l’administration des caisses de sécurité sociale devrait se remettre en cause très rapidement et harmoniser des passerelles entre les différents régimes existants.

Je vous souhaite bon courage dans votre douloureuse épreuve.

Bien Cordialement

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

SOPHIE (Posté après l’article du Nouvel Obs.fr)

Bonjour, tout d’abord je suis attristé par ce qu’il vous arrive. Paix à Mathias.
Je suis couverte par la RAM. Je suis indépendant. J’ai eu un souci aussi aux 18 ans de mon fils aîné Kevin. Il s’est retrouvé sans sécurité sociale. Nous l’avons découvert en septembre, cela faisait déjà 4 mois que Kevin n’était plus couvert. Pour lui faire récupérer ses droits cela a été difficile, l’administration niant l’existence même de mon fils, Kevin n’existait plus…tout simplement. Plus tard j’ai reçu une lettre me demandant de déclarer l’émigrant qui travaillais au pair chez moi pour s’occuper de mes deux autres enfants. J’ai été voir un avocat et suite à son courrier la RAM lui a donné la couverture sociale pour les… Émigrés posant les pieds sur notre territoire. Il a fallu attendre encore 6 mois pour que Kevin soit enfin reconnu et que l’on lui rende son identité et ses véritable droits. Je reste méfiante maintenant concernant l’administration et les envoie tous mes courriers en AR. Cordialement

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

TÉMOIGNAGES RECUEILLIS SUR LE SITE : « SAUVONS NOS ENTREPRISES »

A LIRE SUR : http://www.sauvonsnosentreprises.fr/actualite-166-temoignages-rsi.html

RODOLPHE

le RSI est le cancer des entreprises, j’ai déménagé il y a 1 ans 1/2 et malgré une dizaine de courriers, appel téléphonique répété et déplacements au rsi et a la ram ils non toujours pas pris en compte mon changement d’adresse !! résultat aujourd’hui cela fait 2 mois que je suis en arrêt de travail suite a une fracture accompagnée de complications graves et aucune indemnités journalières perçues, la réponse du rsi et de la ram  » les règlements sont bien partis mais a mon ancienne adresse ( dans un autre département ) et ils ne peuvent rien faire de plus … ma femme est sans emploi car j’ai un enfant autiste qu’il faut assisté en permanence … mais c’est peut être le cas aussi pour les personnes qui travail au rsi et a la RAM, ils ont besoin que l’on fasse leurs travail

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

NICO

Pour ma part je me fais hospitaliser, j’envoie donc mon arrêt de travail de un mois et mon bulletin de situation sortie hôpital et ensuite après un mois d’arrêt j’envoie une prolongation et la surprise je reçois un courrier qui me demande l’arrêt initial. Je renvoie le tout et la !! Incompétence !! Abus !! Foutage de gueule !! Enfin bref on me dit que le courrier n’a pas était envoyé dans les 48h . MDR . Je les appelle et impossible de les joindre. Donc pas d’indemnité le premier mois et on me répond que pas de soucis le dossier part en commission et que j’aurai une réponse dans le mois qui suit .
Plus de 6 semaines après un coureur me dit que l’on ne peut donner suite à ma demande !!
Moi pour ma part je n’ai rien demandé à la commission, et je ne sais pas qui a fait quoi, la seule chose que je peux dire c’est que j’ai perdu un mois d’indemnité en 9 ans de travailleur indépendant et sans jamais avoir arrêté une journée. On me dit de pouvoir cotiser ailleurs que la ram enfin rsi , si on me le certifie et on me le prouve ,je part immédiatement .

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

VALÉRIE

Bonjour, j’habite Caen avant quelque année au havre, en 2004, j’ai eu une maladie le cancer du sein et le médecin, ma dit que j’avais le droit de toucher l’aah donc j’ai fais les papiers. J’ai eu du mal a la touché puis en 2006, je commencer a la toucher entre temps. j’ai déménager sur Caen , donc après le dossier a été transférer a Caen, j’ai rein compris car arrivé sur Caen, il mon tous coupé , il fallait même redonner 5000 euros ,j’ai eu des aides financier par la caf, ça fais que je ne devait plus rien.je ne trouve pas ça normal car, j’ai fais une dépression en 2001 puis ma maladie en 2004,j’ai eu pas mal de complication, je ne peux pas travailler, j’ai fais appel au tribunal qui a cru la personne qui donne l’aah, alors moi j’ai dit au président de saint conteste ,elle a dit au tribunal que j’arrêtais pas d’écrire des lettres telle au président de la république monsieur Hollande, j’ai un traitement assez lourd car je suis dépressif, je sais qu’il donne l’aah a des personnes qui ne son pas malade et j’ai connu des personnes qui on eu comme moi un cancer du sein, qui on touché l’aah, mais d’après ce que je comprends, il faut mourir pour la toucher car ces personnes son décédées du cancer du sein. Je vous pose la question est -il normal d’attendre que les gens soient décédés pour la toucher? Je ne c’est plus comment faire

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

Mon mari était artisan de 1988 a 2001 suite a un gros impayé d’un client il a été obligé de fermer son entreprise , mais malheureusement celle -ci s’est faite avec des dettes notamment le rsi nous leur devons la somme de 3400 euros . En mai 2011 mon époux a fait un AVC il en est ressorti avec de grosses séquelles paralysie du coté droit et perte de la parole et de la compréhension, il a était contrôlé par le médecin du rsi celui-ci la passé en invalidité totale et définitive. le rsi bloque le versement de la pension d’invalidité de mon mari, car nous leur devons 3400 euros .cette dette remonte a 13 ans en arrière, le service social de rsi doit prendre contact avec nous mais au jour d-aujourd’hui toujours pas d’appel de leur part, je ne sais plus quoi faire je leur tél tous les jours et c’est toujours la même réponse: je vous invite a patienter

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

2e fois que je ne suis plus assurée en 1 an, mise en demeure pour cotisation non due.. Que dois-je faire? Un grand Merci pour votre dévouement. Je vous recommande de lire dans (les coulisses de l’Argent N°375 de Février 2013 page 52 « grande pagaille au régime social des indépendants »

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

En juin 2012 découverte d’une maladie orpheline cette maladie détruit progressivement tous mes organes vitaux, bref!!!J’étais donc en arrêt de travail depuis 6 mois, mon toubib( avec mon accord ) me propose un mi temps thérapeutique pour une reprise progressive de mon activité. Suite à l’envoi de mon arrêt de travail, la réponse du RSI…….. Refus de prise en charge de mon mi temps thérapeutique. Moralité de cette histoire il ne faut pas reprendre son travail et rester en maladie. Vive la France.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

Suite à la maladie grave de mon époux décelée en septembre 2010 j’ai été obligée de réduire mon activité en limitant pendant quelques temps la restauration, à ce moment là nous travaillions à trois dans notre hôtel restaurant bar tabac. Il a fallu faire un choix car il nous manquait une paire de bras…il en a résulté bien sûr une baisse de chiffre d’affaires. Je suis immédiatement allé voir mon banquier pour lui expliquer de manière très honnête la situation, Résultat immédiat : au lieu de me donner un petit coup de pouce il me coupe les vivres, suppression du découvert autorisé, rejet de chèques et de prélèvement divers etc…et surtout refus de paiement de mes factures de tabac, ce qui nous a carrément coulés car Altadis (fournisseur tabac) a cessé de nous livrer et L’Européenne de cautionnement nous a immédiatement réclamé ce que nous leurs devions, sans tabac nos habituées qui souvent prenaient un café avec leurs cigarettes sont évidemment allés voir ailleurs ! Donc nouvelle grosse chute du CA Je pense avoir réagit assez vite en prenant contact avec le médiateur du crédit : rien à faire. En désespoir de cause je me suis rendue au tribunal du commerce pour demander la mise en sauvegarde de mon entreprise ce qui après une période d’observations de un an a été accepté par le tribunal. Pendant cette année le montant de ma créance pour le découvert autorisé qui était de 16000€ est passé à 32000€, alors que précédemment, la banque verte s’était déjà bien servie en divers frais bancaires… Ajoutons les frais divers, tribunal, mandataire toutes ces sommes qui pourraient renflouer notre trésorerie… Aujourd’hui nous avons licencié notre salarié et continuons de nous battre malgré la conjoncture économique pas très favorable la maladie toujours présente, les soucis, les nuits banches…

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

« Bonjour à tous Le R-S-I, société qui ne devrait pas exister. Diabétique depuis 20 ans, j’étais à la CPAM, pas de travail dans ma région, je monte mon auto-entreprise. Déclare ma maladie auprès du RSI, évidemment, je fais les choses dans l’ordre, c’est important, surtout dans ce genre de cas, et là, pas de prise en charge à 100%. Il aura fallu une année entière avant qu’ils se décident de me mettre à 100%. Une année de courriers et d’appels téléphoniques, et fax de la CPAM pour exiger mes droits. J’ai arrêté ma société car enfin trouvé du travail, 8 mois après, j’ai eu une artériopathie et sciatique paralysante. On peut rester au RSI un an même si on n’a plus de société, mais, travaillant je fais une demande auprès de la CPAM avant de tomber malade. Et là, ne sachant pas si je dois envoyer mon arrêt maladie au RSI ou à la CPAM, puisque mon dossier en transit, je n’ai pas envoyé mon arrêt dans les temps impartis. Lendemain de Noel 2013. Je rappelle que je ne peux pas bouger, et en plus ce sont les fêtes! Bref, le lundi j’appelle les deux organismes pour savoir que faire. Lorsque le RSI me dit que c’est chez eux que je dois l’envoyer, je leur souligne que je ne suis plus dans les temps. « On comprend, je prends note ». Un mois plus tard, je les appelle car toujours pas reçu de courriers me disant quelle somme et quand je percevrais mes indemnités (trois enfants à charge et seule au foyer, plus de revenus), « Madame, vous avez envoyé votre courrier hors délais de 48 heures, on rejette votre demande… à dater du 26 décembre jusqu’au 10 janvier… Imaginez bien que la colère m’a prise. Nous sommes le 23 avril 2014, j’ai fait appel réexpliquant tous les faits, et là encore, rejeté. De plus, ma société est fermée et ils me demandent de payer des charges! Un comble. Voilà, c’est un triste constat, il est certain que je ne vais pas laisser ça dans l’état actuel, et qu’il va falloir qu’ils payent ce qu’ils me doivent. Je ne comprends pas que ce genre d’organisme ne soit pas boycotté avec tout ce que j’ai lu un peu partout sur eux . je ne comprends pas que l’on puisse laisser faire les choses à ce point et encore une fois, je ne comprends pas que tous les commerçants artisans PME PMI continuent à payer toutes ces surcharges. Je me demande quand notre peuple va enfin se réveiller et agir.

Je suis en colère, mais surtout déçue de voir la France ne jamais réagir, toujours se laisser aller, gueuler sur le net, chez eux, mais ne jamais se soulever en nombre et se battre pour leurs droits et leur bien-être, se battre aussi pour toutes ces personnes en détresse. Il faudrait un mouvement du peuple français pour dire stop aux agissements de tous ces organismes qui nous tuent. »

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

Je me permets de vous écrire aujourd’hui concernant ma situation professionnelle relativement chaotique ces derniers temps. J’ai été victime le 14 janvier d’un accident .Je suis tombé du toit de ma maison. Après une chute de neuf mètres de haut, je n’ai eu par miracle, aucunes fractures à déplorer, mais je souffre de multiples traumatismes divers ( je vous joins les comptes rendus de mon admission aux urgences réanimation de l’hôpital du Percy de Clamart ainsi que les comptes rendus des IRM que j’ai passé) . Effectivement, étant menuisier, ma condition physique étant relativement mauvaise (traumatismes au genou gauche et au poignet gauche, les plus importantes , entre autres ) je ne suis pas en mesure de reprendre le travail , à mon grand désarroi . J’ai en effet bien compris que , n’étant pas à jour de mes cotisations R.S.I. , je ne pouvais pas prétendre aux indemnisations journalières d’arrêt maladie. Mais je souhaiterai attirer votre attention sur plusieurs points: Après une année 2012 particulièrement bonne , malheureusement , l’année dernière fut pour le moins catastrophique. Mon chiffre d’affaire a diminué de deux tiers ( et mes revenus personnels bien évidemment ). J’ai contacté le R.S.I. par anticipation ( ainsi que le trésor public pour mes impôts sur le revenus qui ont bien évidemment doublé , et j’ai pu avoir un interlocuteur, un RDV pour expliquer ma situation et des délais de paiement sans prélèvement automatique en fonction de mes rentrées d’argent ) dès le mois de septembre pour prévenir qu’étant donné les circonstances , j’aurai des problèmes de trésoreries et que je ne pourrai certainement pas m’acquitter de mes cotisations en temps voulu , demandant également un recalcule de mes charges , pondérées sur l’année en cours .Ce qui a été fait le mois dernier .Les cotisations étant basées sur N-2 , il m’était demandé 8000 euros par trimestre .Avec le recalcule, c’est descendu à 2000 euros sauf , je ne sais pas pourquoi , pour le premier trimestre 2014 ( le montant du premier trimestre restant le même qu’avant.). Début Janvier , il m’a été proposé un échéancier de paiement pour mes charges en retard du quatrième trimestre 2013, que j’ai décliné car la condition sinéquanone était le prélèvement automatique , ce que j’ai toujours refusé depuis que, début Janvier 2011 , une erreur de calcul de mes cotisations de 12000 euros m’a été envoyé alors que j’étais totalement à jour. Si j’avais accepté avant cet évènement le prélèvement automatique, la somme aurait été prélevée sur mon compte. Il m’a fallu plus de six mois pour prouver que je ne devais rien du tout ( car ce fut à moi et ma comptable de prouver que cette somme était injustement demandée ).Six mois pendant lesquels , cette somme m’aurait cruellement manquée et m’aurait contraint à mettre la clef sous la porte tout simplement. De plus, la somme ne m’aurait pas été remboursée mais j’aurai eu des avoirs sur les cotisations à venir. J’avais d’ailleurs écris un courrier au Directeur du R.S.I de l’époque pour lui faire par de mon profond mécontentement à propos de cette affaire .J’avais reçu une très concise lettre d’excuse. Lors de mon refus concernant cet échéancier ( dont les montants m’étaient imposés et que je n’étais pas en mesure d’honorer ) que j’ai reçu début Janvier 2014, j’ai proposé de faire parvenir tout de suite un règlement de 2000 euros pour prouver ma bonne fois et je n’ai eu aucune réponse . Ma bonne fois. il est vrai que 2012 fut une excellente année , j’ai pu me mettre à jour de la totalité de mes cotisations R.S.I. en retard soit un peu plus de 25000 euros et reprendre un cours normal de paiement de cotisations. J’ai payé ce que je devais l’année dernière. J’ai toujours payé ce que je devais au R.S.I. en temps et en heure, ou en retard avec les majorations de retard , mais j’ai toujours payé. J’ai toujours payé en travaillant. En travaillant dur, très dur, dans les conditions particulièrement pénibles du bâtiment. Je ne devrais pas me plaindre car je fais 35 heures .C’est vrai , mais souvent en trois jours , voir deux .Je fais plutôt entre 50 et 80 heures par semaine. Le samedi, le dimanche, les jours fériés , quasiment jamais de vacances. Je ne fais pas ça par masochisme, mais simplement parce que j’aime mon métier et que je suis fier de montrer à mes enfants un père travailleur. Je travaille depuis que j’ai 16 ans, je cotise depuis que j’ai 16 ans. Je n’ai jamais bénéficié d’aides quelles qu’elles soient car je n’en ai pas besoin et je me suis toujours débrouillé par mes propres moyens .Je suis fiers de participer à l’effort collectif, à mon petit niveau. Enfin petit niveau …Depuis que je suis à mon compte, c’est à dire depuis Mars 2008 , j’ai versé à l’Etat français plus de 150000 euros en diverses charges sociales , impôts ,taxes etc, etc la liste est longue et que trop bien connue. Je ne demande pas une médaille, loin de là , mais juste un peu de respect et de considération. Le respect car chaque jour de travail que j’effectue, il y a 46 % qui me sont ponctionnés pour votre organisme. La considération ….quelle considération attendre après tout ? puisque pour une fois que je suis dans l’impasse, vous ne me couper pas l’herbe sous le pied mais vous me tranchez les deux directement. La seule fois en six ans ou je suis en arrêt maladie , je suis traité comme un pariât .J’ai travaillé avec des doigts cassés aux mains , aux pieds , avec la grippe et presque 40 de fièvre et ce ,maintes et maintes fois , mais j’ai travaillé. Aujourd’hui je ne peux pas, je ne peux plus ,cela m’est physiquement impossible. Chaque jour qui passe est un jour de plus sans revenus pour moi et je me dirige tout droit vers l’abîme et je n’ai malheureusement aucune solution à apporter. Je n’avais pas les moyens d’avoir un accident , hors budget. Par le biais de cette lettre, je souhaitais seulement assouvir le droit de m’exprimer car mon incompréhension est totale. Le facteur humain est totalement inexistant et mon sentiment de dégout aujourd’hui n’a d’égal que le mépris que vous portez aux artisans comme moi. Je n’aurai jamais imaginer en me mettant à mon compte a quel point j’allais devoir me battre perpétuellement contre un partenaire ressemblant plutôt à une véritable machine à broyer. A titre d’exemple , j’ai reçu encore la semaine dernière un avis de relance concernant des majorations de retard datant de 2012 et 2013 qui ont déjà été réglées en totalité l’an dernier , l’huissier de justice Me.Paul Lavoisier , mandaté par vos services, m’ayant envoyé un document stipulant que tous les dossiers me concernant étaient à jour et ce , depuis presque un an. J’ai perdu le sommeil, tiraillé entre les douleurs de mes blessures et la situation désespérée devant laquelle je me trouve. Voilà je joins une copie de cette lettre au Directeur du R.S.I. MR.DAUDET Jean-François BERTHON

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

Bonjour, Je découvre votre site et espère que vous irez jusqu’au bout des démarches. Pour ma part, seule avec 3 enfants, je réclame depuis 3 ans une carte vitale pour ma fille qui a 19 ans. Sans succès. Nous jonglons donc à 4 avec une carte et je suis obligée de faire les avances de médicaments. Des dizaines d’appels, des lettres et des recommandés, sans résultats. Le système n’est pas fait pour ceux qui travaillent et n’ont pas le temps de se soulever. L’état ne prends soin que de ceux qui vivent à ne rien faire et ont donc le temps de manifester, menacer et qui présentent donc un risque de soulèvement. Quelle justice ! Bravo à celui qui à le courage de tout plaquer pour recommencer à l’étranger. Il y a des pays où ceux qui produisent, qui travaillent et cotisent sont respectés. Ici, sur notre « terre d’accueil » on nous pressure et on nous prépare à devenir un pays du tiers monde… au service des inutiles mais menaçants. Bon courage à vous, moi je suis usée.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

Bonjour

Je viens de découvrir votre association et elle attire toute mon attention.

En tant que fille d’artisan, je me permets de vous contactez car mon père est dans une situation depuis 5 ans qui est insupportable et inadmissible.

Tout a commencé en 2009 quand mon père a eu un changement de numéro d’affiliation intempestif, qui a créer des problèmes car il ne trouvait plus ses 25 dernières années de cotisation, aujourd’hui il ne sait toujours pas ce qui c est passé mais on lui demande de s en expliquer.

Après cela en 2010 suite à des problèmes de santé, mon père a été en maladie et le rsi a prélevé à tort des cotisations que mes parents on contestés à plusieurs reprises sans avoir de réponses concrètes encore une fois et ils ont saisie le médiateur puis le tribunal ou évidemment, comme vous le savez , ils n ont pas eu gain de causes et ne reverront jamais plusieurs milliers d euros.

Ensuite, mon père à été en incapacité au métier car ses problèmes de santé l empêcher totalement d exercer son métier et par la force des choses à du fermer son entreprise ( ce qui n est pas facile pour un artisan qui a créé son entreprise depuis 25 ans).

Aujourd’hui on ne lui a pas renouvelle l incapacité au métier en fin d année 2013, sous prétexte qu il présentait trop bien et on demande a un artisan qui va avoir 60 ans de changer de métier.

Il a demander à faire valoir ses droits à la retraite, suite a plusieurs rendez-vous plusieurs réponses différentes, encore des problèmes, des trimestres de cotisations ont disparu, l ursaff dit que le rsi aurait du faire la demande et le rsi dit que c est l ursaff, aujourd’hui on lui dit qu on ne sait pas quand il pourra faire valoir ses droits la personne n est pas au courant ne comprend pas le dossier, le rappel et rien n’avance.

Aujourd’hui, il n a plus aucun revenus depuis plusieurs mois à presque soixante ans et cela n inquiète personne au rsi !

Je vous ai fait un récapitulatif mais j ai du oublier d autres problèmes.

Cette situation ne peut plus durer, elle est insupportable et intenable pour mes parents et c est insupportable pour moi aussi de les voir dans de telles situations.

Si vous pouvez nous aider, nous conseiller par n importe quel moyen (nous sommes en Moselle ) et nous sortir de cette situation qui est intolérable, je vous en remercie d avance.

Cordialement

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

Monsieur, Je ne sais plus qui contacter quoi faire face au RSI qui nous détruit les actifs et les retraités. Je suis retraitée depuis 2012 suite à la liquidation judiciaire de mon entreprise au 19/09/2012. La RSI n’a cesse de me réclamer des cotisations et de me contraindre à payer par voie d’huissier. Aujourd’hui je reçois une dénonciation d’inscription d’hypothèque je suppose de ma propriété, et malgré tous mes recommandés, mes lettres de réclamation rien n’aboutis, c’est le silence complet. Que dois-je faire ? Même l’Avocat que j’ai pris s’avère impuissant face à cette situation, je ne sais plus à qui m’adresser……Ma maison d’habitation principale dont je suis la propriétaire à brûlé en novembre 2010, mon entreprise a fermer ses en septembre 2012 et en décembre 2013 on m’annonce que mon mari est atteint de la maladie d’Alzheimer à un stade avancé et moi j’ai 74 ans, et je découvre aujourd’hui que la RSI hypothèque mon terrain et ma maison brûlée pour se payer. Je me bas avec mon assurance habitation avec un Avocat pour me faire payer la reconstruction de celle-ci et on veux me la prendre. Aidez-moi s’il vous plait, je veux que mon mari meure dans sa maison et je veux surtout être débarrassé définitivement des problèmes de la RSI. Merci pour votre écoute, merci pour votre attention, et merci de bien vouloir me répondre. Bien cordialement, avec mes respects.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

J’aurai 60 ans le 03/04 /13…… J’ai eu un accident de travail en 2008 suite à une chute d’échelle (fracture de D12) qui a été refusé. J’ai demandé par courrier le montant de ma pension de retraite si je fais la demande 3 mois avant ma date anniversaire….AUCUNE RÉPONSE à ce jour. J’ai fait une demande e ‘handicap auprès de la MDPH qui m’a reconnu une incapacité de travail de 50%. Mais je ne perçois aucune indemnisation, et ce malgré d’une opération des 4 lombaires en 2011. A qui dois je adresser ma lettre recommandée avec accusé de réception? Merci de me répondre. J’ai de plus en plus de mal à marcher, mais je suis obligé de travailler pour survivre. J’ai de plus en plus de mal à le faire. Je suis prêt à toutes les extrémités avant de disparaître.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

Ayant actuellement des problèmes de santé, je m’interroge un peu plus sur le mode de fonctionnement du RSI. Je constate que les remboursements de base (hors complémentaire) des frais médicaux sont réalisés par des mutuelles privées ayant passés des conventions (donc sous-traitance) avec le RSI. Je trouve cela incroyable…ces mutuelles ne sont pas là pour perdre du pognon et je serais curieux de connaître le coût d’un telle système pour nous tous. Finalement le RSI n’est même pas capable d’assurer le service total des prestations !

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

Depuis 11 ans pas de répit !! Le RSI a bousculé les dossiers – changé les caisses dont on dépend – réclamé des sommes non justifiées – n’a pas répondu aux courriers et là refuse de donner tous rendez vous (je dénonce c’est la caisse obscure de rsi Balma 31) qui dit « pas de rdv possible » et d’ailleurs vient de nous « jeter » sans le dire et nous a repassé en qualité de « travailleur indépendant » mais bien sur chut… rien d’officiel pas de courrier nous le disant, rien juste refus de nous rembourser les soins …. Chut leur directeur doit être encore en fuite !

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

Bonsoir, vos actions sont louables, mais ne suffisent pas. Une seule façon de mettre fin à ce racket, c’est le refus total de payer ces cotisations. Que fera le RSI si les cotisations de milliers d’artisans commerçants ne rentrent plus dans leur caisse ? Les médias s’empareront de l’affaire (contacter RMC, et autres presses non frileuses) qui ont déjà soulevés et résolus des arnaques d’une telle ampleur. Nous avons eu rendez vous avec le ministre de l’économie de l’époque pour une autre affaire. Il faut agir vite, ou des milliers d’artisans commerçants fermeront, je pense que cela fera réfléchir certains politiques. Réclamer des cotisations à hauteur du bénéfice et non pas du CA. Il faut les aligner avec les cotisations au même taux que celui de la sécu. Si vous êtes partant pour agir vite et fort, il faut se concerter par régions, départements, pour que l’on agisse tous, rapidement. Suis à votre entière disposition pour agir, vite et fort. Ancien commerçant, et maintenant auto-entrepreneur, statut menacé de disparaitre comme le votre. CDT

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

Je viens de recevoir une lettre de cecocach (un style d’huissier) pour mon dossier concernant mon ancienne ligne de portable entreprise.

Je vous explique le problème: Quand j’ai compris que ma société était morte à cause du RSI et de leur cacophonie, j’ai contacté la poste télécom avec qui j’avais un contrat de 24 mois pour leur signaler que j’allais fermer ma société et que je voulais dénoncer le contrat. A l’époque, je n’avais aucun souci de paiement. Ils m’ont dit au téléphone que cela n’était pas possible parce que j’étais engagé sur 24 mois. J’ai donc envoyé un courrier très clair en précisant que cela n’était pas de ma faute mais que COBALT sarl allait fermer et que donc le compte sur lequel les prélèvements étaient effectués allait être clos. Qu’au jour de la fermeture du compte, tous les règlements avaient été effectués et que je ne me servirais plus de la ligne ne travaillant plus et devant quitter mon domicile. Dans la foulée, après plusieurs lettres de relance, la poste télécom a donné mon dossier à cette société RECOCACH qui a envoyé des huissiers à mon ancienne adresse. La dette de portable ( non utilisé sur cette période) s’élève avec les différents frais cumulés depuis les 1an 1/ 2 de mon statut de sdf à 200 euros. Ayant reçu un courrier ce jour par mon ancienne locatrice, je les ai contacté pour leur signifier ma situation et leur dire que je ne faisais pas la sourde oreille. La charmante opératrice, qui ne fait que son travail d’ailleurs m’a dit clairement que je devais emprunter de l’argent à des amis(quitte à me fâcher à vie ne pouvant les rembourser) pour régler ma dette ou bien faire un échéancier. En fait elle n’a pas entendu mon message, J’ai perdu mon travail, mon appart, mon compte en banque, ma vie et elle ose me dire que je dois avoir de l’argent restant de mon rsa compte tenu que je ne paie pas de loyer….J’ai honte pour cette pauvre petite dinde, je ne sais pas si je lui souhaite ou pas un jour d’être dans une situation tel que la mienne

Maintenant, pour clore la discussion, je lui ai dit de continuer normalement sa procédure ce qui veux dire procédure judiciaire.

En parallèle, je me démène, je me suis inscrit à 6 agences d’intérim, je prospecte dans tout ce qui se présente pour travailler et garder la dernière chose qui me reste vraiment: MA DIGNITE.

Ma situation ne s’arrange pas, le fait de faire de l’intérim va relancer les huissiers sur ma piste. Mais le travail est la seule solution pour rester en vie. Vivement la manif

Dans ma descente aux enfers, j’ai une nouvelle page à écrire ce soir. Je ne sais pas encore quelle suite je vais y donner mais il est clair que cela ne va pas rester sans suite.

L’année dernière, au mois de mars après que le RSI m’ait forcé a me retrouver SDF sans emploi, j’ai eu une pleurésie (carences alimentaires, nuits dans la voiture ect…, tous les ingrédients étaient en place…). Après que mes proches m’aient convaincu d’aller à l’hôpital, j’ai déclaré au médecin que je n’avais pas les moyens de payer les frais et que je ne désirais pas être hospitalisé. Le chef du service de l’hôpital de Lisieux m’a dit que son devoir était de me soigner et que pour le reste je verrai avec l’assistante sociale. J’ai donc passé une nuit dans l’établissement, subit une ponction dorsale et les examens puis les traitements pour ce problème. L’hôpital a déterminé que j’étais en fin de droit avec la caisse des indépendants mais que je devais n’ayant pas de mutuelle payer le reste de l’intervention. Quelques jours après ma sortie de l’hôpital, j’ai pris rendez vous avec une assistance sociale afin de toucher le rsa ( celui ci m’a été accordé après examen de mon dossier contrairement aux sans papiers et autres qui n’ont jamais cotisés et à qui on le donne sans discuter.) J’en ai profité pour demander la CMU et la CMU + qui m’ont été accordés deux mois après. Etant interdit BANQUE DE FRANCE (merci le RSI) j’ai du demander à la banque de France de forcer une banque à m’accepter comme client indigent(Quelle honte pour moi après des années de cotisation et de positif sur des années d’activité) pour pouvoir encaisser l’aumône du RSA. Et enfin pour conclure, j’ai reçu un courrier il y a trois jours de la trésorerie de LISIEUX (avis à tiers détenteur) pour saisie sur mon compte de la somme de 206,40 euros pour mon hospitalisation de l’année dernière. ILS N’ONT PAS LE DROIT DE ME PRENDRE L’ARGENT DU RSA MAIS ILS L’ONT FAIT. Je n’ai plus rien, et le peu qu’ils daignent me donner Ils me le reprennent. NON JE NE SUIS PAS AFRICAIN SANS PAPIER, NON JE NE SUIS PAS DES PAYS DE L’EST SANS PAPIERS, HARLEM Désir ne fera rien pour moi, Le RSI m’a mis dans la rue dans une indifférence la plus totale, et on frappe encore sur un homme à terre. QUE DOIS-JE FAIRE? QUI DOIS-JE CONTACTER? MERCI DE DIVULGUER 0 UN AVOCAT OU 0 LA PRESSE AVANT QUE L’ENVIE DE ME TIRER UNE BALLE DANS UN BUREAU PRENNE LE DESSUS…

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

Bonjour

Je vous contacte suite à la découverte de votre site.

En effet, j’ai ouvert mon entreprise sous le statut de l’auto entreprise en mai 2011 en complément de mon activité salariée. Je l’ai indiqué dès le départ dans le formulaire P0 et quand j’ai commencé à recevoir des documents du RSI, j’ai envoyé mon contrat de travail + fiche de paye par courrier recommandé au RSI Guyane, RSI Antilles et RAM Guyane en AR. J’ai également procédé à un dépôt en main propre au RSI + envoi par fax + tel.

Malgré cela, ils ont continué à m’inscrire auprès du RSI en tant que caisse principale alors que je suis salariée à côté. A cause de cela, ma Sécurité sociale de salarié a été coupée. J’ai donc recommencé tout mon petit dossier que j’ai renvoyé à tout le monde en début d’année 2013. Du coup, ils m’ont radié du RSI depuis mars 2013 uniquement et m’ont transmis une attestation (voir ci joint). Comme vous pouvez le voir, les courriers arrivés tous la mm semaine d’un peu des 4 coins de France! Les dates ne correspondant pas, la CGSS refuse de me réinscrire au régime normal… Je me retrouve donc sans protection sociale alors que je cotise au 2 !

En plus de tout cela, nous sommes persécutés par des appels à cotisation erronés. En effet, en Guyane, nous bénéficions d’exonérations spécifiques les 2 premières années d’activité. Du coup, lors de la création de notre entreprise, ils sont incapables de choisir le bon statut (auto entrepreneur) et nous nous retrouvons avec des forfaits à payer comme une entreprise individuelle classique.

Afin de pouvoir accéder aux aides sociales, nous n’avons pas d’autre choix que de payer des choses indument ou fermer son entreprise, ce que j’ai fini par faire en juillet, par fatigue de cette connerie quotidienne du RSI.

Voilà mon témoignage!

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

Bonjour Monsieur

Je me permets d’entrer directement en contact avec vous car réellement le RSI nous a plongés ma famille et moi-même dans une profonde détresse, tant financière que psychologique. Je suis votre association depuis des mois, bien que n’ayant même plus de quoi payer une adhésion je suis de tout cœur avec vous. J’ai 50 ans et mon épouse 45, nous avons un petit garçon de 7 ans ; et aujourd’hui les voyous du RSI (et leur huissiers) nous ont plongé dans la misère et l’incertitude de quoi demain sera fait pour nous…

Nous vivons sur l’île de Ré et, en août 2011 j’ai racheté à mon ancien employeur (en SARL, co-gérants à part égale mon épouse et moi-même) la boutique dans laquelle j’avais été employé de nombreuses années (une cave à vin, située à Saint Martin de Ré). Au bout d’un mois et demie d’activité le RSI a commencé à nous réclamer des cotisations : la première d’un montant de plus de 50000€ alors que notre CA TTC atteignait à peine les 33000€… Au téléphone on nous a alors dit de ne pas en tenir compte, et que les cotisations allaient être recalculées… Par la suite j’ai été inondé d’appels de cotisations, avec à chaque fois des montants différents, à régler à des centres de paiement différents. les plus grosses cotisations étant réclamées par le RSI Midi Pyrénées, avec laquelle je suis censé n’avoir rien à voir puisque habitant et exerçant mon activité en Poitou Charentes. De 2011 à 2013 mon épouse a multiplié les appels et les courriers aux différentes caisses RSI, dans le seul but de savoir « combien » je devais payer, et surtout « à qui » ? En vain.

Parallèlement ma carte vitale a cessé d’être opérationnelle dès les premiers mois de mon activité, et là aussi les nombreux appels et courriers se sont avérés parfaitement inutiles… Je paie donc de ma poche tous mes soins ainsi que ceux de mon petit garçon depuis bientôt 4 ans sans que cela semble les déranger le moins du monde (un jour on m’a dit qu’on allait m’expédier un dossier à compléter qui n’est jamais arrivé jusque ma boite aux lettres, une autre fois on m’a dit faire le nécessaire et que ma carte vitale fonctionnerait dans les 48 heures (!), etc…). On me réclame donc des cotisations pour des prestations qu’on ne me fournit même pas…

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

Bonjour, Je découvre votre site et espère que vous irez jusqu’au bout des démarches. Pour ma part, seule avec 3 enfants, je réclame depuis 3 ans une carte vitale pour ma fille qui a 19 ans. Sans succès. Nous jonglons donc à 4 avec une carte et je suis obligée de faire les avances de médicaments. Des dizaines d’appels, des lettres et des recommandés, sans résultats. Le système n’est pas fait pour ceux qui travaillent et n’ont pas le temps de se soulever. L’état ne prends soin que de ceux qui vivent à ne rien faire et ont donc le temps de manifester, menacer et qui présentent donc un risque de soulèvement. Quelle justice ! Bravo à celui qui a le courage de tout plaquer pour recommencer à l’étranger. Il y a des pays où ceux qui produisent, qui travaillent et cotisent sont respectés. Ici, sur notre « terre d’accueil » on nous pressure et on nous prépare à devenir un pays du tiers monde… au service des inutiles mais menaçants. Bon courage à vous, moi je suis usée.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

RSI, organisez-vous !!! Vous m’avez changé mon nom de famille sans me prévenir !!! Et ma fille n’est plus assurée à la sécu depuis plus de 6 mois.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X

Merci au RSI de m’avoir radié par erreur et ce depuis 14 mois. A ce jour aucun rectificatif effectué malgré tous les justificatifs fournis. Résultat, plus de couverture maladie malgré ma poursuite d’activité et le paiement des cotisations car, incohérence ultime les appels eux continuent à arriver à bon port. Je vous fait grâce des innombrables courriels, lettres et visites à la permanence RSI de ma ville sans parler des appels téléphonique surtaxés aboutissant dans un centre d’appel avec des interlocuteurs ne sachant même pas de quoi vous leur parlez et dont la seule mission est de faire remonter vos doléances au service concerné. Pour ma part j’attends encore qu’un des soi-disant responsable me recontacte dans l’urgence (si si c’est ce qu’on m’a dit) depuis 6 semaines.

etc... A lire sur le site de « Sauvons nos entreprises »

 

PROBLÈMES AVEC D’AUTRES RÉGIMES SPÉCIAUX

CLERCS DE NOTAIRES

FRANÇOISE (ce témoignage est également présenté dans la rubrique « Témoignages sécus étudiantes »)

Bonjour madame,

Je comprends d’autant mieux votre votre démarche que j’ai vécu le même drame que vous et même si c’était il y a 20 ans, je vis toujours dans le doute de savoir si les choses auraient été différentes si mon fils avait été couvert par une assurance maladie, la CMU n’existait pas à l’époque mais il semble que sa création ne soit pas toujours opérationnelle en raison des dysfonctionnements que vous citez. Les remords s’apaisent au fil du temps mais ce n’est pas simple pour une mère et je sais qu’il vous faudra aussi beaucoup de temps pour réapprendre à vivre.

Mon mari et moi dépendons de la Caisse des clercs de notaires.

Le 1er problème que nous avons rencontré était moindre : En 1986 le fils de son mari qui vivait jusque là avec sa mère et dépendait de sa caisse de sécu venait d’avoir 18 ans et son bac. Lorsqu’il est venu vivre chez nous pour faire ses études à Paris, il ne pouvait plus bénéficier de la sécu de sa mère, pas plus que de celle de son père puisqu’il n’était pas censé vivre chez nous ; la caisse des clercs de notaire n’a donc pas accepté de le prendre sous notre régime. Devenu étudiant, il a du attendre un an avant que son dossier à la caisse des mutuelles étudiantes soit réglé, durant ce temps, il n’a pas eu de problème grave de santé, mais il devait être suivi par un dermatologue à l’hôpital à St Louis et nous avons donc dû prendre à notre charge les frais de son suivi et de ses médicaments.

Le second problème de non assistance à personne en danger et donc le plus grave concerne mon propre fils né d’un premier mariage. En 1987, mon fils qui avait 16 ans a été diagnostiqué schizophrène après s’être jeté dans le canal de l’Ourcq, il était alors en 1ère S et ses études étaient brillantes. Un lourd suivi médical et une prise en charge à 100% ont donc été mis en place, sa vie, notre vie a été bouleversée par cette terrible épreuve. Lorsqu’il a eu 18 ans, il ne pouvait plus être sous ma sécu ; la caisse des clercs de notaires (caisse à part avec le MCEM pour mutuelle). Étant donné son état de santé, ils ont accepté de le garder à titre exceptionnel jusqu’à ses 20 ans, mais pas au delà. +

Mon fils a fini par se défenestré, il est décédé. Il avait 23 ans.

Je vous souhaite tout le courage du monde madame, car du courage il en faut.

Très sincèrement avec vous.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

PROFESSIONNELS DE SANTÉ

A. (Envoyé à « C’est au Programme » sur France 2)

Je viens d’être diplômée infirmière et je dois à présent changer de régime de sécurité sociale et je redoute fortement de commencer les démarches à causes de la lenteur extrême dont on m’a déjà parlé une collègue déjà diplômée depuis un an et qui attend encore. C’est inadmissible pour un état comme la France. Je suis outrée de ce que j’entends dire. Quand j’ai eu des problèmes administratifs pour avoir des conseils on ne peut jamais les avoir au téléphone…

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

INDUSTRIES ÉLECTRIQUES ET GAZIÈRES

MARC (EUROPE1)

Bonjour,

J’ai entendu votre interview sur la radio Europe1 Je partage votre peine et votre colère face à ce système administratif.

Voici mon témoignage qui concerne le passage du régime général (CPAM) à celui d’un régime spécial (CAMIEG)

Je suis diabétique depuis plus de 20 ans, marié et père de 3 enfants.

En Décembre 2013, je change d’employeur. J’intègre une entreprise appartenant à la branche professionnelle des Industries Électriques et Gazières (IEG). Ce qui implique l’adhésion obligatoire à la CAMIEG (Caisse d’Assurance Maladie des IEG).

Au moment de mon embauche, je rempli des documents d’inscription. Mes 3 enfants (2 x 17 ans et 19 ans) sont inscrits sous mon numéro de sécurité sociale.

1er difficulté : la CAMIEG oubli d’inscrire mon dernier fils, résolu après un RdV avec conseiller de la CAMIEG.

2ème difficulté : mes enfants consultent notre médecin de famille, pour la CAMIEG cette consultation est hors parcours de soin, il est nécessaire de renouveler la déclaration de médecin référent. Résolu après l’envoi du formulaire.

3ème difficulté : malgré une carte vitale récente, mes 3 enfants doivent renouveler leur carte. Résolu après l’envoi des documents

4ème difficulté : lors d’un rendez-vous avec un conseiller de la CAMIEG pour la mise à jour de mon dossier, je pose la question en toute innocence : la prise en charge à 100% de mon ALD est-elle active, la réponse du conseiller est NON, il est nécessaire de transmettre un document de mon ancienne caisse prouvant la prise en charge de ma maladie. Résolu après un appel auprès de mon ancienne caisse.

5ème difficulté : mon 1er fils a 20 ans en juillet et il a le statut d’étudiant, la CAMIEG ne le prend plus en charge après ces 20 ans. Il s’inscrit à la SMEREB. Et à nouveau il doit déclarer son médecin référent et renouveler sa carte vitale. Résolu après l’envoi des documents

Pendant les 4 premiers mois et en attendant le traitement de mon inscription, j’ai réglé les factures médicales. Celles-ci ont été remboursées par la suite.

Malgré toutes ces difficultés dans le déroulement de mon inscription, je n’ai pas eu d’interruption de mon traitement et suivi médical. Par contre durant cette période, j’étais soucieux et quelle dépense d’énergie doit-on mettre en œuvre pour assurer la continuité de notre couverture sociale.

La diversité des caisses n’ont de commun que le numéro d’assuré. Le restant des informations n’est pas transmissible, c’est que je reproche à notre système de couverture de santé,

Cordialement,

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

CAISSE AGRICOLE -MSA

X. Témoignage recueilli par le CISS

J’ai fait l’objet d’un prélèvement de franchises médicales sur ma pension de retraite du régime agricole MSA (qui est d’un montant 405€ net par mois) ? Est-ce normal? J’ai pris contact avec ma caisse, on m’a répondu simplement que je recevrais un courrier d’explication, que c’était au bon vouloir… Et que ça pouvait monter jusqu’à 50€ sur l’année. Honnêtement, je n’ai rien compris. J’ai posé la question à mon entourage, retraité comme moi et aucun problème de ce genre. Est-ce légal?

Y a-t-il un recours pour éviter ces prélèvements ?

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

X. Témoignage recueilli par le CISS

Mon fils était à la Mutuelle sociale agricole (MSA) jusqu’à son licenciement et est arrivé en fin de droits en septembre 2010 mais ne le savait pas. En juillet 2012 il est hospitalisé en pensant qu’il avait une couverture sociale. Lorsque l’hôpital réclame la prise en charge des frais à la MSA, celle-ci refuse. Du coup, ils nous envoient une facture à hauteur de 5 500 euros. Depuis octobre 2012, il a la CMU mais elle ne paie pas l’hospitalisation… Comment faire ?

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

DANIÈLE

Bonjour,
j’ai obtenu vos coordonnées en regardant l’émission Santé Magazine / la 5, je vous fais part de mon témoignage :
Par incompétence d’une employée à la M.S.A (mutualité sociale agricole) d’Avignon, en avril 2014 , date à laquelle j’ai signalé mon changement d’adresse. Le changement d’agence MSA sur Mende n’a pu être accompli que courant décembre sur ma carte vitale. MUTUALIA , ma mutuelle, ne figure toujours pas à ce jour sur ma carte vitale, devant être à présent affiliée en Languedoc, et non Sud-Est Vaucluse et dois donc faire toutes les avances de soins santé. Mutualia va me prélever sur mon compte, le 15/01, donc demain, l’échéance de ma prime trimestrielle, sans vergogne. Au dernier coup de téléphone avec M.S.A Avignon, l’on m’a demandé de ne plus téléphoner, que cela retardait la mise en route du procédé, car ma réclamation était bien entendue et qu’une personne de Mutualia Grenoble me recontacterait en fin de semaine prochaine . Je leur ai dit qu’ils étaient entrain de me ruiner , (c’est la lutte du pot de terre contre le pot de fer) si ce témoignage peut vous aider j’en serai satisfaite. (il ne va pas sans dire que d’avril à décembre 2014 je n’ai reçu que des correspondances de la part de MSA qui ne voulaient rien dire, venant des quatre coins de France et qu’à plusieurs reprises je les suppliais de faire enfin les changements nécessaires.)
Merci d’en prendre note.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

CÉCILE

Tout d’abord je voulais vous dire que je viens juste de découvrir cette histoire sur la Mag de la santé sur France 5. J’ai des enfants étudiants également. Mon fils est asthmatique, et a besoin d’un traitement au quotidien. Je voulais d’abord vous témoigner de ma tristesse de ce qui est arrivé à votre fils qui avait l’âge du mien et de vous témoigner tout mon soutien de maman. J’en suis très triste.
Je suis au chômage et je travaille en cdd. Je prends ce que je trouve. Après une saison en serre de tomates l’année dernière où j’étais affiliée à la MSA, j’ai trouvé un contrat dans la librairie où travaille ma sœur pour faire des paquets cadeau à Noël. J’ai un problème de pied et il fallait rester debout toute la journée, j’ai eu donc un arrêt de travail (j’ai un début d’hallux valgus avec poussées douloureuses) et là j’ai halluciné, la MSA ne voulait pas prendre en charge mon arrêt parce que c’était un travail affilié au régime général. Et la Sécu, elle, me disait que je n’avais pas assez cotisé au régime général. Heureusement l’affaire n’a pas duré trop longtemps et je n’avais rien de grave. Mais je n’en revenais pas que ce soit si compliqué de faire valoir des droits alors que j’avais presque travaillé l’année entière, (travail très difficile en serre en plus !). Voilà il faut aussi que cette faille entre le général et l’agricole ou le maritime soit réglée. Encore toute mon amitié. Très sincèrement également.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

CLAIRE

Bonjour,
Tout d’abord laissez-moi vous présenter mes condoléances pour votre fils, salariée agricole affiliée à la msa j’ai subi une opération en 2011 à la cheville. J’avais fait toute les démarchez avant mon hospitalisation, devant être indemnisé par la msa car j’ai été arrêté quatre mois environ j’ai eu la surprise de recevoir au printemps 2012 ou été, une demande d’indu parce qu’il avait mal fait mon dossier? Ils ne reconnaissent même pas leurs erreurs. Heureusement pour moi ça c’est réglé un nouveau pied et rien à régler (au vue de votre incapacité financière, hum malgré leurs bêtises ils savent lire) parce que je ne me suis pas laisser faire puisqu’ils ont des commissions arbitraires autant les saisir. Sinon après j’ai eu plusieurs cdd et comme la msa fonctionne par caisse départementale il faut à chaque fois refaire un dossier c’est usant il devrait y avoir un système national, en 2012 Marne, en 2013 côte d’or je fais le dossier un mois après je dois aller dans une pharmacie j’ai un médicament à prendre à vie qui toute fois n’a pas un coût aussi exonérant que l’insuline heureusement. Je me rends compte que ma carte n’a pas était activée donc vous faites le dossier mais vous devez les réveiller parce que ce n’est pas automatique pour eux c’est honteux ils vous embêtent pour les papiers et pour vous réclamer les sous et ne font aucun effort derrière. Cette année changement de caisse autre département on me fait attendre un mois avant de pourvoir faire mon dossier bon je suis encore couvert par celle de côte d’or heureusement mais avec eux on ne sait jamais j’avais eu des courriers de mon ancienne caisse quand j’ai commencé à travailler en 2013 qu’il ne me remboursaient plus parce que j’avais commencé à travailler autre part. Cette année donc je fais le dossier ma carte n’est toujours pas activé, j’ai appelé on m’informe qu’il y a un problème technique et que c’est en cours, j’ai des radios et écho à faire j’avance? Je n’ai pas les moyens et surtout mon contrat s’arrêtant bientôt comment puis-je anticiper sur les rendez-vous..

Donc pour résumé quand on est précaire avec un traitement à vie qu’il faut s’en arrêt faire des démarches c’est un vrai parcours du combattant il faut s’accrocher. Vivement que je sois posée pour pourvoir arrêter d’avoir à me battre contre ses administrations pour qu’ils fassent leur travail. Je rejoins les commentaires qui disent qu’ils ont était confrontés à des gens froids, pas sur la dernière du coup je l’ai remercié de sa courtoisie elle a eu l’air surprise mais c’est tellement rare. Et en plus au vu de leurs horaires ce n’est pas toujours facile de se dégager pour pouvoir les contacter. J’espère ne pas avoir était trop longue et confuse dans mon témoignage, mais oui il est temps de faire quelque chose on se décarcasse on cotise et doit se battre pour pouvoir se faire soigner ce n’est pas normal.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

PEROLINE (EUROPE1)

Je viens de vous entendre sur Europe 1. Il m’est arrivé cette même galère mais qui a duré beaucoup moins longtemps. Au mois de décembre j’ai dû faire deux mi-temps (juste un mois), un dans le secteur public, un dans un établissement dépendant du secteur agricole. Souffrant d’une maladie chronique, j’ai un traitement important que je récupère à la pharmacie chaque mois. En février, la pharmacienne me dit qu’il y a un souci avec ma carte vitale mais n’en dit pas plus, et l’utilise quand même en prenant mon numéro de téléphone au cas où. En mars je commence un nouvel emploi, et pour la mutuelle obligatoire ils ont besoin de mon attestation vitale. Je me rends sur le site, et là impossible de me connecter. J’appelle, là on me dit (très sèchement d’ailleurs), « mais Madame vous avez été radiée, vous ne faites pas partie de nos fichiers, mais vous savez que vous devez vous tenir au courant de votre situation au moins une fois par an »… impossible de me dire depuis quand, de m’expliquer quoi que ce soit sur l’origine de cette situation. On suppose que c’est qu’en décembre j’ai dû dépendre et de la cpam et de la msa…. mais mon emploi dépendant de la msa n’a duré que 27 jours, alors que l’autre était un emploi de 6 mois que j’ai terminé en février… Alors comment ces 27 jours ont pu avoir plus de poids? Ou est-ce que ça vient d’autre part?
J’ai dû refaire un dossier, refaire l’attestation de médecin traitant, et au mois de mai j’ai été réintégré, sans le savoir! Je n’ai pas reçu de courrier pour m’en informer, je testai juste mon compte Ameli pour vérifier s’il marchait.
Ces 3 mois sans « sécu » j’ai dû arrêter mon traitement qui était trop cher pour moi, heureusement, il n’est pas « vitale » mais seulement calme les douleurs de ma maladie (et son évolution).
A noter, que quand j’ai refait ce dossier, je n’ai pas mentionné mon déménagement, et me suis réinscrit en utilisant l’adresse de ma mère qui était dans le même département.
Et j’aimerai souligner aussi le comportement très désagréable des agents qui répondent au téléphone et qui croient tout savoir et vous rabaissent, et vous parlent comme à un enfant qui a fait une grosse bêtise.

Madame, je vous souhaite beaucoup de courage pour traverser ces épreuves, et espèrent que vous trouverez une réponse dans cette histoire.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

NADINE (Posté sur la page Facebook de C’est au Programme France 2)

Mon fils, asthmatique, s’est retrouvé dans une situation identique et même pire. Au régime agricole, il est passé au régime général. Et suite à cela, les services sociaux n’ont pas suivi, il n’existait même plus nulle part, plus à la CMSA, plus à la sécurité sociale et même pas de carte vitale. Cela a duré plus d’un an. Nous avons dû, sa sœur et moi, faire en sorte de lui procurer ses médicaments. Il devait se faire opérer, et c’est devenu une grosse galère. Finalement, nous avons enfin obtenu une reconnaissance de la sécurité sociale et obtenu sa carte vitale, mais personne ne s’occupait de son cas et c’est vraiment découragent. Je suis choquée par ce qui est arrivé à ce jeune homme et je comprends l’immense douleur de la maman de Matthias.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

K. (Posté après l’article de Contrepoints)

J’ai passé presque un an sans carte vitale ni couverture: mon courrier pour passer du régime agricole au régime général n’a pas était traité…

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

E. (En réponse à K. posté après l’article de Contrepoints)

Ou était « malencontreusement » passé dans une poubelle… Solution de facilité en cas de « débordement ». Bien triste affaire… Notre fameux « modèle social » n’est pas capable de nous prendre en charge sous prétexte que nous n’avons pas une connerie de dossier à jour. J’imagine qu’il avait pourtant une carte d’identité et la nationalité de son pays, ce qui devrait être suffisant pour être pris en charge.
Le problème avec l’État, c’est que pour lui nous sommes des dossiers. A l’heure des réseaux sociaux, n’importe quelle société d’assurances privée aurait résolu le problème de son client si celui-ci avait twitté son problème…

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

MGEN (Caisse d’assurance maladie des professionnels de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Culture et de la Communication, de la Jeunesse et des Sports)

FANNY

Bonsoir,

J’ai été stupéfaite en découvrant un article qui relatait votre combat. Je suis profondément attristée par ce qui est arrivé à Mathias, ce n’est pas juste de l’avoir privé d’une chose essentielle à mes yeux, l’accès aux soins.

Je viens vous apporter mon témoignage. A deux reprises j’ai été privée de sécurité sociale.

En 2008, après avoir occupé un emploi d’assistante d’éducation, et présenté trois fois le concours de professeur des écoles, je décide de me réorienter après un nouvel échec.

Mon contrat n’est pas reconduit, la MGEN me couvre encore un moment, soi-disant.

Tout se complique quand je dois adhérer à la Smerra, car je décide de suivre un bts à distance avec le CNED.  Je m’acquitte de 192 euros de droits, et suis ma formation.

En janvier 2009 j’apprends que je vais être maman en septembre, un bonheur, qui sera bientôt ponctué d’une angoisse: ni la Smerra ni la MGEN n’accepte de me prendre en charge! L’une car je suis étudiante, et l’autre car j’ai toujours des droits.

Je me rends donc à la CPAM pour demander de l’aide, mais je n’ai pas le droit à la CMU. J’avance mes frais médicaux, à trois semaines de mon accouchement j’apprends que sans sécurité sociale je devrais m’acquitter des frais d’hospitalisation! L’assistante sociale de l’hôpital se démène, mais personne n’accepte de me prendre en charge.

J’écris donc un courrier à la MGEN, en les informant de mon intention de les attaquer en justice. Miracle ils se rendent compte qu’ils ont commis une erreur et s’excusent! Heureusement mon bébé a été hospitalisé plus d’une semaine. La Smerra a cependant refusé de me rembourser.

Le cauchemar a recommencé l’an passé. Maman pour la deuxième fois en novembre 2013, la Cpam m’annonce que je n’ai plus de couverture à compter de mars 2014. Pas de soucis me dis-je, je suis mariée. Et bien non. Nous faisons tous les papiers on nous les renvoie sans cesse. J’abandonne alors.

Je ne me soigne plus, je ne bénéficie pas de la rééducation auxquelles ont droit les jeunes mamans. Je n’ai pas de suivi gynécologique. Plus de kiné pour mes sciatiques. Et enfin plus de suivi pour ma thyroïde, j’ai une maladie de basedow. Avec pour conséquence des douleurs chroniques, un corps qui ne se remet pas, je ne récupère pas.

Fin 2014, nouveau courrier, la CPAM a fait une erreur, j’ai des droits jusqu’en 2016!

On peut se dire que pour moi tout se termine bien, mais j’ai perdu l’habitude de voir un médecin, j’ai une boule au ventre à l’idée me l’on retire mes droits, et après mai 2016? Qu’adviendra-t-il?  Je sais que c’est bien peu à côté de nombreux témoignages apportés, que je ne souffre pas d’une grave pathologie, mais je sais au combien cette petite carte verte est précieuse.

J’ai une pensée émue pour votre garçon, et tous les autres que l’on a privés de soins et j’espère vraiment que tout sera mis en œuvre pour que de tels drames ne se reproduisent plus. Cordialement, Fanny.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

ARTS & SPECTACLES

X. Témoignage recueilli par le CISS

Ma fille est atteinte d’une sclérose en plaques depuis 7 ans. Elle était affiliée à la Sécurité sociale par l’intermédiaire de la Maison des artistes qui vient de lui indiquer qu’elle était en fin de droits. Nous sommes très inquiets. Que va-t-il se passer ?

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

JULIE

Ulcérée de voir à quel point la Maison des Artistes est à la ramasse… Pas pour encaisser, ça non…, mais pour accorder les droits de pairs à ces cotisations.
1 an sans sécurité sociale pour ma fille et moi. Et je vais encore cotiser dans le vent un montant conséquent tous les 3mois ?! Sans qu’on soit protégées?

Je compatissais déjà pour vous, c’est encore moins sécurisant quand ça nous arrive.

Voici mon parcours :

Je suis à mon compte depuis juin 2009. D’abord en auto-entrepreneur, puis rappelée à l’ordre par la maison des artistes de supprimer ce statut pour me mettre chez eux.Mon activité d’illustratrice ne m’autorisant pas à être ailleurs.

Jusqu’alors je n’avais eu aucun souci de compta ni de sécurité sociale.

De fait mon dossier s’est baladé depuis ce changement de 2012 pendant près de 2 ans.

3 ans où tout était devenu nébuleux et incertain.

Je n’avais que peu de nouvelles de mon dossier chez la MDA (maison des artistes), et la sécurité sociale m’avertit courant 2014 que mes droits s’étaient arrêtés à cause de ce changement de régime.

J’ai dû multiplier les recommandés, tout en payant mes cotisations trimestrielles à la MDA sans discontinuité, tout en n’étant absolument plus protégées ma fille et moi.

Près d’un an pour finir par menacer la MDA d’avoir affaire au canard enchainé directement étant donné que mon cas n’est absolument pas isolé chez eux.

Pendant un long temps ils n’avaient plus de responsable à la tête du département sécurité sociale. Donc nous payions, sans aucune protection.

La sécurité sociale qui attendait des nouvelles de la MDA pour ré-ouvrir mes droits, l’a finalement fait d’elle-même.

Je suis allée voir la sécurité sociale, je leur ai expliqué mon cas. Montré tous mes documents attestant mon appartenance à la MDA. Je leur ai montrée mes cotisations et dans la journée ma sécu courrait à nouveau. ET c’est la MDA qui a dû s’expliquer derechef sur le retard très conséquent de mon dossier (et des autres j’imagine très bien).

Je vais d’ailleurs leur réclamer 1 année de cotisations (4000 euros) car c’est inadmissible d’être réglo et qu’on soit aussi peu pris en compte de l’autre côté.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

BENJAMIN

Bonjour,
Je tiens d’abord à vous faire part de ma plus profonde tristesse pour ce qui est arrivé à Mathias qui avait l’air d’un jeune homme sympathique et dynamique. Et pour vous encourager dans votre combat qui devrait être celui de tous les français.
Je ne suis pas étudiant, mais après avoir perdu le statut d’intermittent, ne m’étant pas inscrit au RSA, comme beaucoup de gens, et ayant choisi de m’en sortir autrement, j’étais en somme sans le savoir sorti du système, et exclu de la sécurité sociale, ce que j’ignorais. Je ne l’ai découvert que chez le dentiste où j’ai dû me rendre en urgence pour une rage de dent, nécessitant son extraction.
Je me suis donc rendu au centre de santé de mon quartier pour faire renouveler ma carte vitale et faire une demande de CMU. J’ai d’abord dû y revenir tous les jours pendant une semaine, étant chaque fois confronté à un nouvel agent contredisant celui de la veille et réclamant de nouveaux papiers et de nouvelles informations qui ne m’avaient pas été demandé jusque-là, m’obligeant à de nouvelles démarches auprès d’autres administration, impôts, pôle-emploi, etc, etc… Vraiment comme s’il s’agissait de me décourager de me demander mes droits. Puis fatigué de me voir revenir tous les jours, ils ont fini par prendre mon dossier en m’indiquant qu’un délai de trois semaines de traitement serait nécessaire. Cela a pris deux mois et demi.
Une rage de dent n’attendant pas, j’ai donc dû payer moi-même les soins, en tout cas les avancer, qui en trois rendez-vous montèrent approximativement à 160 euros. Heureusement pour moi je pouvais me le permettre. Mais c’est alors que j’ai réalisé avec horreur que des gens moins bien loti que moi et n’ayant pas ma connaissance et ma pratiques des rouages administratifs, n’obtenaient probablement jamais leurs droits et ne pouvaient tout simplement pas se faire soigner, en tout cas pas à temps. Et j’ai alors réalisé que cette belle idée que dans notre pays chacun avait le droit aux soins n’était qu’un mythe que la réalité administrative démentait. Cela m’a mis vraiment en colère, cette hypocrisie kafkaïenne de l’administration de notre pays qui se rengorgeait de sa générosité tout en réussissant à exclure de facto et discrètement je ne sais pas combien de gens, mais sans doute beaucoup, de la sécurité sociale et des droits qu’ils sont censés avoir. J’ai pensé sur le moment que pourrait arriver à cause de ce fait une tragédie comme celle arrivée à votre fils.
Je souhaite que l’état vous rende des comptes et que soit non pas simplement défendu et protégé le droit aux soins dans notre pays, mais simplement rétabli pour commencer.
Bon courage.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

MARINE  (ENIM)

X. Témoignage recueilli par le CISS

Résidant au Brésil, je me permets donc de vous adresser ce courrier. Le 10 septembre 2012, j’ai eu un petit problème cardiaque, le médecin de l’hôpital où je réside m’a conseillé de faire les examens qui figurent en annexe Pour des raisons financières, il m’était impossible de rentrer en France rapidement, j’ai préféré faire ces examens ici. J’ai aussi acheté de l’insuline et profite de joindre le montant à ce relevé. Je suis insulinodépendant et pris en charge à 100% par ma caisse de retraite de la marine marchande; comme vous pouvez le voir, le médecin conseil de l’ENIM a refusé le remboursement prétextant la non-urgence de ces actes et achats. J’aimerais, si possible, que vous puissiez me conseiller sur la marche à suivre pour contester cette décision dans le cas de cette possibilité

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

CDC. (Posté après l’article du Nouvel Obs.fr)

Votre témoignage est poignant et combien triste…

Je souhaite instamment que les mentalités bureaucratiques changent.

Pour ma part je n’ai plus de sécurité sociale depuis 2012, je suis (j’étais marin) l’ENIM dit ne pas me connaître, la CPAM dit que je ne dépends pas d’eux.
On m’a proposé de monter un dossier pour la CMU.

J’ai dû me résoudre à quitter ce travail que j’aime tant pour un travail nettement moins épanouissant à terre.

Tout a commencé ce jour où j’ai débarqué de mon tout premier embarquement…
Je trie mon courrier, une lettre de la sécu disant que mes remboursement ne pourraient pas être faits car il manquait certaines ordonnances.
(Ma carte vitale n’avait pas survécu à mes nombreux changements d’adresse je m’étais résolue à faire des demandes de remboursement papier, ce qui me simplifiait la vie de marin, et m’étais dit m’en occuper à mon retour)
Je passe donc à la sécu pour tenter de régulariser tout ça, la carte, les remboursements etc.

Nous étions alors en octobre 2013. « Ah non madame, vous ne serez pas remboursée, vous n’êtes plus chez nous depuis maintenant octobre 2012 » J’insiste je donne mon numéro de sécu, je n’étais pas marin à cette époque-là..

Le guichetier insiste aussi: je n’existe plus…
Je lui explique ma situation dont visiblement il n’a rien à faire.
Il me propose différentes solutions toutes très onéreuses. Mais j’estime qu’ayant travaillé ayant toujours cotisé à ci à mi et à là c’est tout de même gonflé…il me dit de voire avec l’ENIM, j’appelle depuis son bureau, hors de question que je fasse encore une heure trente de queue…
L’ENIM me dit qu’à ces dates elle n’a rien et que mon embarquement est fini, je ne suis donc plus sous leur couverture, au revoir madame.
Je raccroche, résume au guichetier.
Le ton monte. Je finis par exploser « faut-il donc être immigré en situation irrégulière pour être reconnu ici? »
Silence de l’autre côté du bureau, regard gêné…le guichetier lance tout bas visiblement peu convaincu « m’enfin madame, ne le prenez pas comme ça »

Depuis j’erre dans un désert administratif, ou chacun se renvoie la balle… ENIM, CPAM, assurances, employeur….
On m’a demandé de prouver ma citoyenneté plusieurs fois, carte d’identité, passeport, acte de naissance, livret de famille… On m’a aussi demandé les preuves que mon père était français, (vous comprenez, comme il est né en Algérie… Des fois que tous les autres papiers fournis soient des faux… Je vous laisse imaginer le temps qu’il a fallu pour avoir accès à son acte de naissance)on m’a dit que je n’existais pas à l’état civil, que je n’avais pas rempli comme il fallait le formulaire machin, que la personne qui s’occupe de mon dossier est partie à la retraite, qu’il a été perdu, retrouvé, reperdu, mis au-dessus de la pile puis probablement en dessous, on m’a dit qu’il n’y avait pas d’urgence, qu’il fallait que je me calme, on m’a dit de ne pas le prendre comme ça, vous êtes qui déjà?, grève de ci, ah non je suis nouvelle je ne sais pas…

Les choses avancent lentement, mais j’ai bon espoir de régulariser ma situation avant Noël.
En attendant, je débourse de ma poche tous les soins dont j’ai eu besoin. Et croyez bien que cette dent de sagesse en plus de faire un trou dans ma mâchoire aura fait un trou dans mon pécule.
Cependant je m’estime chanceuse, je n’ai pas eu d’accident, pas d’appendicite, pas de maladie grave… Et pourtant j’ai dû sacrifier mon épanouissement, mon bonheur, et probablement ma carrière…

Je ne suis pas la plus à plaindre, mais c’est vrai qu’on s’y sent tellement bien en France, pays des droits de l’homme de la femme et du citoyen. Si seulement tout le monde rentrait sagement dans les petites cases la vie serait tellement plus belle, n’est-ce pas amis de l’administration?

Nouveau message de CDC le 07 octobre

Bonjour Madame, 

je suis heureuse de voir que vos démarches avancent et j’espère qu’elles seront porteuse de réponses et non plus juste d’un message d’espoir. Voilà plus d’un an que je suis rentrée « à terre » et mes soucis sont enfin rentrés dans l’ordre, je viens de recevoir il y a quelques jours ma carte vitale, et même si les remboursement de mes frais médicaux ne viendront probablement jamais, les choses sont désormais dans l’ordre pour moi.

Après avoir fait entendre ma voix de plus belle, elle a fini par faire écho dans la bonne oreille, et me voilà maintenant couverte!! Cet imbroglio qui m’aura fait revenir à terre aura au moins eu le mérite de me motiver à faire des études: tout n’est pas perdu!!

Je vous souhaite bonne continuation, et vous envoie mes plus sincère salutations chère Madame.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

MILITAIRES

PATRICK (Voir également dans « Changements d’adresse »)

Officier de gendarmerie je suis contraint de déménager régulièrement (tout les 4 ou 5 ans) avec ma famille. lors d’une dernière mutation mon épouse a mis 1 an afin de pouvoir obtenir sa carte vitale en étant à chaque fois renvoyée d’une caisse (civile) a l’autre (militaire). Pendant un an elle na pas pu bénéficier de soins et ce malgré mes interventions diverses et variées (téléphone courrier). Je précise que bien évidemment j étais a jour de mes cotisations. Purement scandaleux !

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

S. (Posté après l’article de l’Express.fr)

Ça ne m’étonne pas du tout!!! Nous, mon mari ancien militaire était affilié a un régime spécial en février il avait plus de droit donc en décembre 2013 on a demandé l’affiliation qu’on a obtenue il y a un peu moins d’un mois dans le bazar le plus complet !

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

CLEM (Posté sur la page Facebook de C’est au Programme France 2)

J’ai dû passer d’un régime militaire à un régime civil ça a été un parcours du combattant qui a duré un an! On me soutenait que tout était ok et ma carte ne passait pas à la pharmacie il a fallu que j’aille hurler dans leur bureau pour me faire entendre ils ont finalement fait changer ma carte et depuis tout roule! et après ils se plaignent que leur métier n’est pas facile qu’ils se font agresser..

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

POLICE

MARC (Voir également son témoignage dans « Autres témoignages: ALd » )

Je suis fonctionnaire à la police des frontières et je m’aperçois qu’il n’est plus possible de contacter les Médecin-conseils en direct, ils ne répondent plus, avez vous eu le même problème ? Il a fallu que j’écrive à la direction départementale pour avoir une suite mais je n’ai toujours pas de rendez vous. Je me retrouve à ne plus avoir mes droits ALD malgré mes lettres, envoi de mon dossier de renouvellement ( j’ai un Spina Bifida qui ne fait pas partie de la 1ere liste des Ald mais elle est reconnue par le Ministère de la Santé). C’est lamentable. La CPAM est mal gérée ou bien volontairement devenue une autruche par manque de moyens. Quels est votre avis ? Et j’ai eu la Cpam au TEL ils m’ont dit qu’ils n’ont aucune trace de mes lettres ni de la demande ALD envoyée par ma Mutuelle qui gère la Cpam fonctionnaire. Je viens de poster hier une lettre en Ar à la Cpam j’attends la suite. Cela m’agace vraiment.

Nouveau message de Marc

Dernière info, ils ont envoyé mon dossier au service médical Cpam du Havre car pour le Ministère de l’intérieur il faut envoyer sur le site du lieu d’affectation professionnelle mais le problème est que je ne suis plus affecté au Havre depuis 2007. De vrais incapables.

Nouveau message de Marc

Policier 43 ans vivant en côte d’Armor

Objet : Carte vitale annulée suite à un changement d’état civil.

C’est en février 2013 que mon pharmacien m’indique que ma carte n’est plus valide suite à une mise à jour.

La Mutuelle de Police Interiale qui gère aussi la cpam police ne m’a à aucun moment avisé de cela lorsque j’ai écris pour indiquer mon changement d’état civil, ni après.

Après avoir demandé des explications à ma mutuelle, j’ai donc envoyé une demande de carte vitale et j’ai attendu 4 mois avant de vraiment m’inquiéter de ne pas avoir de réponse vu qu’on m’a dit que cela suit son court et que c’est normal que ce soit long.

Interiale refuse de fait de s’informer, mais à partir de fin Mai début Juin je téléphone et j’écris plusieurs fois à Intériale (plateforme de Lille et Agence de Nantes) pour que cela évolue mais sans réussite. Personne ne sait me répondre et il est impossible d’avoir les coordonnées de la cpam-police.

Suite à mais différentes réclamations j’ai reçu une attestation de mes droits par la direction des services adhérents d’Interiale.

Fin juin j’ai réussi à contacter l’organisme qui gère la conception des cartes qui me répond qu’elle ne peut donner de réponse à ma requête et que seule la Cpam peut faire cela.

J’ai ensuite écris à la Cpam qui m’a répondu ne pas pouvoir répondre à ma demande car que je suis géré par la cpam-police et que je n’existe pas sur leur informatique.

Vu que personne ne sait où en est mon dossier, j’ai donc renvoyé une nouvelle demande pour une carte vitale à Interiale et 3 mois plus tard j’ai eu enfin ma carte. Pendant tout ce temps j’ai avancé les frais médicaux.

Le problème est qu’il n’existe aucun site qui regroupe les demandes des cpam pour les cartes vitale pour informer les ayants droit sur l’avancé du dossier.

La simplification des cpam serait bon a prévoir et avoir une plateforme téléphonique dédiée aux cartes vitale devrait être crée.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

JEAN MARC

Ici en fait il peut y avoir des problèmes car le renouvellement de carte est mal géré, et surtout quand tu changes de statut. Moi a l’époque j’ai dû hausser le ton au Chu de Rennes, qui pensaient que je n’étais pas affilié Cpam car même si j’avais reçu ma nouvelle carte, il fallait m’inscrire informatiquement, ils pensaient que je fraudais, je fais partie des statuts spéciaux (Police) et ma sécu est géré par ma mutuelle, ce qui n’est pas le cas pour les non fonctionnaires. La personne m’a dit que cela était impossible. Le problème est qu’il y a des personnes dans le système qui ne font pas leur travail correctement et qui disent des bêtises. Du coup le système ne fonctionne pas bien.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

2 commentaires pour Témoignages autres Statuts

  1. Carine dit :

    Bonjour Véronique,
    L’article du Paris Normandie au sujet de Matthias m’a boulversée. Je tiens à participer à votre collecte de témoignages en sa mémoire et pour éviter que de telles choses arrivent encore à notre époque…. Mon concubin ayant travaillé pendant plus de 15 ans était affilié au régime général de la sécurité sociale et détenteur d’une carte vitale. Licencié pour cause économique, inscrit à l’ANPE, il a travaillé plusieurs périodes, alternant des périodes de travail et de chômage indemnisées, puis les missions lui étant confiées étant de plus en plus courtes via l’intérim, il a fini par se retrouver en fin de droits (plus indemnisés par POLE EMPLOI) mais toujours inscrit et en recherche active. Début septembre 2012, il a commencé à avoir des soucis de santé qu’il n’a pas pris au sérieux au début, refusant de consulter un médecin en se disant que cela irait mieux et sa préoccupation première était de retrouver un emploi. Etant de plus en plus mal, je l’ai « obligé » à prendre RV avec un médecin pour qu’il consulte… prescription médicale et traitement ainsi que des analyses à faire pour établir un diagnostic. En allant à la pharmacie pour son traitement, on nous signale qu’il n’est plus enregistré à la CPAM et qu’il n’a donc plus aucun droit d’ouvert. Ne pouvant plus payer sa mutuelle, il est radié. Il rencontre une assistante sociale (n’ayant plus aucun revenu et nous vivons maritalement ni pacsé ni marié sachant que je travaille et que depuis ses fins de droits ASSEDIC, nous vivons exclusivement grâce à mon salaire sachant que nous accueillons également en hébergement son fils né d’une précédente union 1 wk sur 2 et la moitié des vacances scolaires que j’assume donc également financièrement quand il est sous notre toit). Celle-ci lui conseille de monter un dossier pour une demande de CMU et CMUC afin de lui permettre d’accéder aux soins, nous remplissons donc ce dossier (énorme en terme de justificatif que je dois fournir puisqu’on tient compte du ménage même si aucun lien officiel nous lie), une fois déposé, refus de la CMU et de la CMU C au titre de mes revenus qui dépassent le plafond fixé, mais on nous oriente sur une demande ponctuelle d’accès aux soins compte tenu de son état de santé… nouveau dossier à constituer à déposer, rv avec la CPAM, attente du passage en commission pour finalement nous signaler un refus (même motif que la 1ère demande), tout ceci nous aura pris plus de 4 mois pour aucun résultat sachant que son état de santé s’est agravé en 6 mois il a perdu plus de 30 kg arrivant à un poids de 40 kg pour 1.84 m…. j’ai remué ciel et terre pour trouver une solution: pour finalement m’entendre dire, vous êtes salariée, il peut être votre ayant droit et sera couvert par la CPAM, à votre charge ensuite de payer ou non une mutuelle !!!! ce que j’ai fait biensûr comme ayant droit également en payant un complément chaque mois bien évidemment. Une fois le feu vert de la mutuelle, nous avons pu le faire admettre aux urgences de l’hôpital, il ne tenait plus. Les médecins en le voyant on tout de suite diagnostiqué un cancer (vu son importante perte de poids) et il nous a été à plusieurs fois reproché d’avoir attendu si longtemps pour qu’il vienne !!!! Il nous a été dit que nous aurions attendu 15 jours de plus il n’aurait plus été là…. On se sent coupable et pourtant c’est la faute de notre système administratif !!!! comment peut on radier des personnes de leurs droits sans les prévenir !!!! sachant que les étrangers arrivant en France (qui n’ont donc jamais cotisé en France) on le droit à l’AME comment peut-on voir des Français radiés du régime général sans droits et accès aux soins en 2014 !!!! Finalement mon conjoint a passé pratiquement toute l’année 2013 à l’hôpital, il est atteint d’une maladie orpheline et rare la sclérodermie évolutive, donc en ALD et reconnu maintenant handicapé. Ah oui l’ALD !!! je me suis dit, il va pouvoir bénéficier de son traitement avec une prise en charge totale (coût environ 2.500 € de médicaments par mois sans compter les examens médicaux et RV tous les mois à l’hôpital) eh bien non, les médicaments non pris en charge par la sécurité sociale sont à votre charge malgré que vous soyiez pris à 100% au titre de l’ALD (il doit prendre des compléments de vitamines, calcium… vitaux pour sa survie et donc en lien direct avec la maladie et bien ils sont à régler de votre poche: encore 150 € par mois, compte tenu de sa maladie, il doit porter des couches d’incontinence: aucune prise en charge, plaies causées par sa maladie: pansements et produits: non remboursés…. bref un budget énorme qui n’est pas pris en compte et comble de tout la franchise de 1 € par boîte de médicaments m’est retenue !!!! il doit prendre plus de 30 médicaments par jour et son ordonnance dactylographiée tient sur une page entière A4…. Sachant que compte tenu de mes revenus (je ne suis pas cadre, richissime… mais un salaire moyen convenable), nous n’avons le droit à aucune aide : CMU, AAH, APL, …. puisque nous sommes considérés comme un foyer par contre fiscalement parlant je suis considérée comme célibataire et paye plein pot mes impôts sans tenir compte que mon conjoint est à ma charge exclusive ainsi que son fils quand il est en droit d’hébergement… bref il y a beaucoup de choses à revoir dans notre pays et dernière petite touche: début 2014 pour le traitement de mon conjoint en mettant à jour sa carte vitale à la pharmacie, on m’informe qu’il n’est plus couvert par l’assurance maladie. Après contact avec la CPAM (qui l’a reconnu en ALD pour 5 ans quand même !!!!) il s’avère qu’en tant que ayant droit la durée est limitée à un an et qu’il faut refaire une demande (simple attestation sur l’honneur de l’ayant droit et de l’assuré) de façon spontanée, la CPAM n’ayant pas pour rôle d’avertir les assurés !!!!!!! Enfin en tant que ayant droit, il est couvert sous mon N° de SS mais utilise sa carte vitale avec son N° de SS (où logiquement la position d’ayant droit est enregistrée) mais cela induit chaque mois des erreurs pour les prises en charges dans le transport ambulancier, analyses et examens… donc en plus de la maladie vous devez aussi gérer ces soucis…En conclusion, malgré tous ces tracas, je suis consciente d’avoir la chance qu’il soit encore en vie contrairement à Matthias et je comprend d’autant plus votre état d’esprit Véronique et j’admire votre initiative pour faire bouger les choses. Il est urgent d’agir Mesdames et Messieurs du gouvernement et des administrations françaises des personnes meurent à cause de votre incompétence…. Bon courage à vous Véronique pour la suite.

    J'aime

    • pourmathias dit :

      Un grand merci Carine pour votre témoignage, il montre toute l’absurdité de notre système et la culpabilité qui nous ronge après un décès comme pour moi ou une dégradation de la santé comme c’est le cas pour votre compagnon. Ensemble nous devons agir et croyez moi, je ne lâcherai rien, on a pris mon fils, je suis restée des mois dans la culpabilité à me laisser dépérir puis avec ce site et vos témoignages à tous, je retrouve la force de me battre en son nom et dans l’intérêt de tous, même si cela ne me le rend pas.Tous ensemble nous finirons par faire changer les choses même je si je ne doute pas que ce sera long, mais d’autres actions sont à venir…et je vous en tiendrai informée au fur et à mesure Merci encore. Véronique

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s